Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

bibliothèques

Lectures publiques en bibliothèque: un moratoire qui ne clôt pas le dossier

Publié le 19/01/2018 • Par Hélène Girard • dans : Actualité Culture, France

BIBLIO heure du conte-cr korido cc by-sa-3.0 UNE
©Korido CC -BY-SA 3.0
Le ministère de la Culture a annoncé le 18 janvier que la Société civile des éditeurs de langue française (SCELF) renonce à percevoir des droits sur les lectures d’œuvres à haute voix dans les bibliothèques. Décision qui sera réexaminée dans 5 ans.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Alors que le conflit relatif à la perception de droits, par la Société civile des éditeurs de langue française (SCELF) sur les lectures d’oeuvre en public menaçait de gâcher la fête  lors de la Nuit de la lecture, prévue le 20 janvier, bibliothécaires, auteurs et ministère de la Culture vont finalement pouvoir y participer l’esprit plus serein.

Rôle des bibliothèques

Par communiqué, la Rue de Valois a relayé le 18 janvier la décision de la SCELF (annoncée par cette dernière  dans une déclaration rendue publique quelques heures plus tôt), de renoncer à percevoir des droits de représentation sur les lectures d’œuvres en public dans deux cas :

  • les lectures gratuites organisées par les bibliothèques ;
  • les lectures réalisées par les auteurs eux-mêmes.

Pour l’Association des ...

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Références

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Lectures publiques en bibliothèque: un moratoire qui ne clôt pas le dossier

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement