Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Politiques culturelles

Comment Françoise Nyssen tente de rassurer les professionnels du spectacle vivant

Publié le 17/01/2018 • Par Hélène Girard • dans : Actualité Culture, France

fr NYSSEN 600 X 400 hg - UNE
hg
Dans une allocution prononcée aux Biennales du spectacle vivant (BIS) de Nantes, la ministre de la Culture a déroulé sa feuille de route. Sans remettre en question les projets du Programme d'action publique CAP 2022, elle a promis qu'il n'y aurait pas d'économies budgétaires. Par ailleurs, la locataire de la Rue de Valois a proposé aux collectivités un nouveau type de contractualisation.

Invitée d’un cocktail organisé par la SACEM aux Biennales du spectacle vivant (BIS2018), Françoise Nyssen a  évoqué d’emblée le Programme d’action publique CAP 2022. Avec ce projet, le gouvernement entend rationaliser les dépenses publiques. Mais les grandes lignes qui ont fuité dans la presse ont suscité le mécontentement des milieux culturels.

« Contre la ségrégation culturelle »

Sans démentir quoi que ce soit des intentions du gouvernement, la ministre de la Culture a affirmé qu’il « n’y aura pas d’économies de moyens entre nous. » Et d’ajouter :  « Vos spectacles, vos concerts ne sont pas des postes de dépenses, mais des sources de création et de fierté. » Et d’enfoncer le clou : « Chaque spectacle doit trouver son public, ses publics. Il s’agit de lutter contre la ségrégation culturelle. »

Contrat Etat-collectivités : 2 clauses systématiques

Pour ce faire, la ministre affirme vouloir proposer « une nouvelle donne aux collectivités territoriales« . A savoir, un nouveau cadre de contractualisation, qui s’adapte aux territoires et non l’inverse. Présenté comme « plus solidaire » par Françoise Nyssen, ce nouveau cadre prévoira systématiquement deux clauses :

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Références

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Comment Françoise Nyssen tente de rassurer les professionnels du spectacle vivant

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

18/01/2018 07h04

On ne voit pas bien comment l’Etat, et le gouvernement, ne tailleraient pas dans les dépenses du secteur de la culture et de l’Art vivant. Il a commencé indirectement, en réduisant sévèrement l’existence des contrats aidés.
L’Etat impose à la société, de réaliser de sérieuses économies; quoi de mieux que la Culture, d’une importance « secondaire » aux yeux des économistes.
Et puis, on ne peut pas faire d’énormes cadeaux aux entreprises (CICE) et aux plus riches d’entre nous (suppression de l’impôt sur la fortune) si on ne sait pas comment les financer…
Quand on voit que les étudiants (baisse des APL), les retraités (hausse de la CSG) sont mis à contribution, on peut et on doit s’attendre à tout.
16 clics pour reCAPTCHA… N’importe quoi !

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement