logo
DOSSIER : Le vrai coût des services publics : un défi d'efficience
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/545136/couts-des-services-publics-lever-le-voile/

FINANCES LOCALES
Coûts des services publics : lever le voile
Pascale Tessier, Romain Mazon | A la une | A la Une finances | Actu experts finances | Dossiers finances | France | Publié le 19/01/2018 | Mis à jour le 13/04/2018

L’Italie l’a fait, le Sénat en rêvait, mais les députés ont refusé, en décembre, la mise en place d’un dispositif d’évaluation des coûts standard des services publics locaux. Pourtant, la démarche semble incontournable.

Financial analysis

Le secteur privé n’a jamais eu de pudeur à analyser ses coûts, pour mieux les maîtriser. Ce qui n’est pas le cas du secteur public, les administrations ou les élus, invoquant une « spécificité supposée et l’obligation de rendre le service public à tout prix », constate Isabelle Villeroux, copilote du groupe de travail « tarification et études de coûts » à l’Afigese. Ainsi, il n’existe pas, en France, de référentiel qui indiquerait de manière fine combien coûte, en moyenne, un repas en restauration scolaire, ou ce que pèse la masse salariale pour un kilomètre de voirie.

Face à la nécessité d’économiser 13 milliards sur les dépenses de fonctionnement d’ici à 2022, et sans attendre que le législateur l’impose, des collectivités ont pris des initiatives pour identifier et réduire leurs coûts. Certaines expérimentations sont transposables, d’autres moins. Le tableur d’évaluation des coûts des manifestations d’Eragny (Val-d’Oise) est aisément reproductible.

Alors que les collectivités qui voudraient établir les coûts de restauration scolaire, sur le modèle des Hauts-de-France [1], pourraient éprouver des difficultés à se couler dans le même moule, en raison de réalités locales trop spécifiques. Ce que confirme Alain Porteils, administrateur de l’Afigese, pour qui les « données à analyser doivent être ici le coût de l’assiette et non pas un coût global ».

La simplicité pour éviter l’ambiguïté

Le préalable méthodologique est donc

POUR ALLER PLUS LOIN