logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/544889/le-gouvernement-entend-il-favoriser-lutilisation-de-materiaux-de-construction-alternatifs/

ENVIRONNEMENT
Le gouvernement entend-il favoriser l’utilisation de matériaux de construction alternatifs ?
Gabriel Zignani | Réponses ministérielles | Réponses ministérielles | Publié le 17/01/2018 | Mis à jour le 16/01/2018

Réponse du ministère de la Transition écologique et solidaire : À la différence de la filière forêt-bois, particulièrement bien organisée au niveau national grâce à un comité stratégique regroupant les ministères (économie, agriculture, environnement et logement) avec les professionnels, la terre crue est structurée autour d’associations locales, voire régionales. Plus généralement, les matériaux biosourcés (paille, chanvre, fibres de bois) sont soutenus depuis plusieurs années par le ministère de la transition écologique et solidaire (MTES) et le ministère de la cohésion des territoires (MCT) pour en encourager l’utilisation dans la construction et lever les obstacles à leur développement (freins de nature technique, réglementaire, assurantielle, voire culturelle). D’ailleurs, depuis 2011, deux plans d’action ont été financés en ce sens par le MTES et le MCT (à hauteur de 100 à 150 k€ par an). Ces plans ont notamment contribué à la structuration des filières et ont permis de financer des études d’impact économiques et techniques utiles à la démonstration des avantages offerts par les solutions biosourcées.

Le programme d’action pour la qualité de la construction et la transition énergétique (PACTE), lancé en 2015, soutient des formations professionnelles et l’intégration de ces matériaux dans des outils dédiés aux prescripteurs et aux décideurs. Le développement de l’usage de matériaux géo-sourcés (comme la terre crue) dans la construction représente un enjeu central pour le MTES pour l’atteinte des objectifs européens et nationaux en termes d’économie circulaire. Le travail, en cours de finalisation (2018), sur la production des guides de bonnes pratiques de la terre crue a pour objet de donner un cadre technique permettant de qualifier et de donner une crédibilité à ces techniques notamment dans une optique de faciliter la garantie assurantielle. Le MTES soutient cette démarche depuis 2014 (budget de 200 k€).

Du reste, le MCT et le MTES ont également financé une étude sur la sinistralité des ouvrages en terre crue pour documenter, identifier et traiter des pathologies afin de compléter le travail en cours. Le volet formation est un volet qui découle du travail réalisé puisque le cadre des guides de bonnes pratiques ouvrira la porte à la mise en place de formations spécifiques sur les six techniques concernées.

Enfin, le MTES porte actuellement un projet national terre qui est en cours d’élaboration afin de développer toutes les thématiques centrées autour de la terre crue avec les porteurs de projet potentiels (filières, institutionnels, professionnels de la construction, financeurs…). La thématique de la formation sera naturellement un des volets de cette action.

REFERENCES