Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Social

Les aides à domicile au bord de la rupture

Publié le 17/01/2018 • Par Catherine Maisonneuve • dans : France, Toute l'actu RH

aide-a-domicile-UNE
Phovoir
A la précarité financière des services d'aide à domicile répond au bas de l'échelle la précarité de leur agents. Temps partiels, faiblesse des rémunérations, isolement et dureté des conditions de travail rendent leur métier peu attractif et usant.

L’Union nationale des centres communaux et intercommunaux d’action sociale (Unccas) ne cesse de tirer la sonnette d’alarme : le déficit moyen des services d’aide et d’accompagnement à domicile (Saad) gérés par ses membres est de 4,1 euros de l’heure pour un coût de revient moyen de 22,25 euros !

La spirale est dangereuse : malgré son ambition affichée de favoriser le maintien à domicile (et de créer des emplois « non délocalisables »), l’Etat compense de moins en moins les dépenses d’allocation personnalisée d’autonomie (APA) des départements qui, eux-mêmes se disent contraints de sous-tarifer les Saad, qui eux-mêmes précarisent leurs agents… Et les élus locaux se demandent s’ils vont pouvoir sauvegarder ce service public de proximité.

Un métier mal rémunéré et déconsidéré

Les CCAS/CIAS emploient 26 700 aides à domicile qui interviennent auprès des personnes âgées et/ou handicapées comme aides-ménagères ou auxiliaires de vie : ménage, repas, aide au lever, aide à la toilette, aide au coucher… Elles font partie du cadre d’emploi des agents sociaux territoriaux mais la proportion de titulaires a baissé à 57%, et « de plus en plus souvent les services fêtent les départ en retraite de contractuelles qui ont enchaîné contrat sur contrat », reconnaît Benoît Calmels, délégué général de l’Unccas. Très peu de concours sont ouverts et du coup les services se privent des plus qualifiées et des plus ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club RH

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club RH

S'abonner Déjà abonné ? connexion
1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les aides à domicile au bord de la rupture

Votre e-mail ne sera pas publié

ssrw38

17/01/2018 10h13

On va très surement proposer de privatiser ce service histoire de favoriser les nantis ceux qui auront les moyens de s’offrir ce type de service. Pour les autres personnes le service public ne pouvant plus les accueillir dans les rares structures existantes, elles finiront ‘et rapidement’ chez elles oubliées de tout le monde et surtout des pouvoirs publics.
Ce qui me gêne le plus, c’est que les grands décideurs au pouvoir ministres et autres secrétaires d’état ainsi qu’élus à l’assemblée et au sénat ont tout de même dans leur grande majorité été élus locaux et sont très au fait de tout cela ! Alors, une fois sous les ors parisiens avec les avantages, en oublieraient ils leurs territoires, leurs électeurs à ce point ?

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement