Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Les femmes dans la ville

Quand l’espace public est conçu par des hommes et pour les hommes

Publié le 09/01/2018 • Par Isabelle Verbaere • dans : actus experts technique, Dossiers d'actualité, France

Sceaux
Ville de Sceaux
De nombreuses études récentes montrent que les hommes sont les usagers majoritaires de l’espace public, y compris des équipements sportifs et de loisirs. Une inégalité femmes-hommes en partie due aux politiques d’aménagement des villes.

Cet article fait partie du dossier

En finir avec la ville sexiste

La parole se libère ! Dans le sillage de l’affaire « Weinstein », du nom de ce producteur de cinéma hollywoodien accusé de viol par plusieurs actrices, des milliers de Françaises ont témoigné ces derniers mois des interpellations salaces, voire des agressions sexuelles, qu’elles subissent, notamment dans l’espace public.

Les utilisatrices des transports en commun confient à 100 % en avoir été victimes au moins une fois dans leur vie, révèle une enquête réalisée en 2015 par le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes.

Une loi pour lutter contre les violences sexistes, bien mais insuffisant

Ces violences sont désormais prises au sérieux. Le gouvernement présentera cette année au Parlement un projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles. Il devrait comprendre la verbalisation du harcèlement de rue. « L’objectif de ce projet de loi est de donner une place égale entre les femmes et les hommes dans l’espace public », précise le secrétariat d’Etat chargé de l’Egalité entre les femmes et les hommes sur son site internet. Soit. Mais le harcèlement est un peu l’arbre qui cache la forêt.

« Se focaliser sur la sécurité empêche de penser aux autres inégalités dans l’espace public, et en particulier à celles liées à l’aménagement », indique Pascale Lapalud, urbaniste, cofondatrice de la plateforme d’innovation urbaine Genre et Ville. La politique d’éclairage, le choix de l’emplacement des arrêts d’autobus, la qualité de la signalisation, l’offre d’équipements de loisirs ou de toilettes sont autant de facteurs susceptibles de pénaliser les femmes. D’abord, parce que ces aménagements peuvent aggraver le sentiment d’insécurité qu’elles ressentent à l’extérieur. Ainsi, 74 % des Bordelaises déclarent fuir certains endroits publics par peur de brimades, d’insultes ou d’intimidations, selon l’observatoire bordelais de l’égalité.

La métropole Rouen Normandie (71 communes, 489 900 hab.) a réalisé un comptage genré des piétons qui empruntent les ponts enjambant la Seine. « Nous avons été stupéfaits de découvrir qu’il n’y a pratiquement que des hommes sur le pont Guillaume-le-Conquérant, souligne Bertrand Masson, directeur de l’aménagement et des grands projets. Cette constatation a été un peu le déclencheur de notre réflexion sur le genre dans l’espace public. »

Une question de légitimité

L’aménagement creuse aussi les inégalités lorsqu’il conforte les femmes dans l’idée qu’elles ne sont pas légitimes dans l’espace public. C’est ce que révèlent les analyses menées par Genre et Ville au sein du collectif Les Monumentales, place de la Madeleine, à Paris. Ce travail est effectué dans le cadre du projet de reconquête de sept places engagé par la capitale. Le genre est l’un des critères du cahier des charges. « Nous avons réalisé une étude très fine des pratiques des femmes à la pause déjeuner, poursuit Pascale Lapalud.

La plupart mangent en groupe. Seules, elles adoptent une position de repli : assises sur un banc, de préférence installées le long d’une grille ou d’un mur pour ne pas être surprises par quelqu’un qui arriverait par-derrière. Jambes croisées, elles pianotent sur leur smartphone. Les hommes ont une posture beaucoup plus ouverte : assis les jambes écartées, ils regardent les voitures et les femmes. On l’appelle la position du ravi ! »

Dès la cour de l’école

Ces comportements sexués, codifiés au XIXsiècle avec l’avènement de la bourgeoisie, apparaissent dès la cour de l’école. « Dans beaucoup d’établissements, les garçons s’approprient jusqu’à 80 % de l’espace pour jouer au foot à chaque récréation, observe Edith Maruéjouls, géographe et créatrice du bureau d’études l’Atelier recherche observatoire égalité à Bordeaux. Cette pratique est légitimée par les adultes. Elle inscrit ainsi dans la tête de ceux qui ne jouent pas et sont relégués en périphérie, surtout dans celles des filles, qu’il existe des lieux interdits qu’il faut apprendre à éviter. »

Résultat, au collège, vers 12, 13 ans, les filles décrochent de l’espace public. Les garçons sont les usagers majoritaires de la ville, en particulier des équipements de loisirs. « Dans les 20 disciplines les plus pratiquées dans les clubs sportifs, 70 % des adhérents sont des garçons, développe Edith Maruéjouls. Une inégalité accentuée par l’attribution des budgets par les collectivités. Les aménagements de type terrain de foot, city stade, skate parc, essentiellement utilisés par les hommes, représentent 80 % des dépenses d’équipements sportifs publics. »

Et il n’est pas facile de rééquilibrer l’offre. Sylvie Guerry-Gazeau, maire de Clavette (1 300 hab., Charente-Maritime), en sait quelque chose. Dès son élection, en 2014, elle propose de construire une piste de danse extérieure, à côté du city stade, pour créer de la mixité dans cet espace monopolisé par les garçons.

Des plaintes de riverains pour faire bouger les choses

« J’en ai parlé aux quatre maires adjoints, puis en commission voirie. Personne, à l’époque, n’en a vu l’intérêt, soupire-t-elle. Il a fallu que les plaintes des riverains dénonçant le bruit et des incivilités générés sur cet équipement se multiplient pour qu’ils changent d’avis. » La piste de danse sera livrée en mars 2018.

Enfin, les aménagements discriminent les femmes lorsqu’ils ne prennent pas en compte le fait qu’elles assument encore la majorité des tâches ménagères. Elles réalisent, par exemple, 75 % des accompagnements des enfants et des personnes âgées, selon une étude publiée en 2014 par le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes.

Les éléments de décor ou de mobilier urbain qui gênent le passage des piétons pénalisent surtout les femmes, qui ont l’habitude de transporter plus souvent poussettes, caddies, valises à roulettes ou poussant des fauteuils roulants…

 « La formation des équipes pédagogiques est essentielle »

« Dans le cadre de la réhabilitation des cours de plusieurs écoles primaires, en 2013, les élèves, interrogés sur leurs attentes, ont pointé des inégalités dans l’usage de ces espaces. Selon les établissements, des marquages au sol, une cabane, un petit jardin, des tours d’arbres en bois, une pelouse synthétique ont notamment été installés. La mission égalité a évalué l’impact de ces aménagements sur la mixité dans la cour.
Le bilan est positif : ils ont permis de réduire la place du football, considéré comme un vecteur de monopolisation de l’espace par les garçons. Ces équipements sont utilisés autant par les filles que les garçons, même s’ils sont rarement ensemble. L’introduction de nouveaux jeux, non marqués par un genre, qui favorisent la motricité et l’imagination, est apparue comme une condition favorable à la mixité. Toutefois, les installations, même bien pensées, ne suffisent pas à garantir l’égalité d’accès et la mixité des usages. La formation des équipes pédagogiques est essentielle. Pour inscrire durablement ces constats, nous travaillons sur une fiche pratique destinée aux aménageurs et aux équipes éducatives. »

Rémy Le Floch, chargé de mission « égalité » de la ville de Lyon (506 600 hab.)

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quand l’espace public est conçu par des hommes et pour les hommes

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement