Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Littoral

Face aux tempêtes, plus facile de se protéger que de reculer

Publié le 05/01/2018 • Par Sylvie Luneau • dans : A la une, actus experts technique, France

tempete-mer-vague-littoral
CCO Patricia Alexandre - Pixabay
Alors que les tempêtes frappent durement le littoral et que la nouvelle compétence Gemapi se met en place, où en est la mise en œuvre de la stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte ? Après l’échec de la proposition de loi sur l’adaptation des littoraux au changement climatique début 2016, le ministre de la transition énergétique vient de nommer un nouveau président à la tête du comité de suivi de cette stratégie. Point d’étape.

Carmen, Eleanore, l’année 2018 commence avec une succession de violentes tempêtes, qui balaient le littoral. Ces coups de vent, associés à des précipitations importantes et à de forts coefficients de marée, font craindre des risques de submersion et d’érosion marines.

La succession de ces tempêtes abaisse progressivement le niveau des plages et concourt à accroitre le recul du trait de côte. « Bien qu’il y ait encore peu de dégâts, cet hiver est le plus agité depuis 2014. Nous restons donc très vigilants », déclare Camille André, chargé de mission au GIP littoral Aquitain.

Nicolas Hulot réactive la démarche

Le GIP littoral Aquitain est particulièrement engagé dans le comité de suivi de la stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte. Cette stratégie établie en 2012, suite à la tempête Xynthia de 2010, a vu son programme d’actions renouvelé pour la période 2017-2019.

En synthèse, elle prévoit de défendre les côtes là où c’est possible et incite à un recul (relocalisation) des activités et des biens menacés. Le ministre de la transition écologique vient de réactiver la démarche en nommant à la tête de ce groupe un nouveau président. Stéphane Buchou, député de Vendée (LREM) succède ainsi à Pascale Got (ex-députée de Gironde) et à Chantal Berthelot (ex-députée de Guyane).

Nicolas Hulot souhaite que ce comité se réunisse dès ce mois de janvier et que cette stratégie contribue « aux objectifs d’adaptation du Plan Climat ».

Cette stratégie s’était formalisée par un appel à projets (2013-2015) sur la relocalisation des activités et des biens en arrière littoral. Mais depuis, aucune évolution notable. « Les enseignements de cet appel à projets n’ont pas été tirés. Nous sommes déçus par le nouveau programme d’actions qui ne permet pas de lever les freins juridiques et financiers », regrette Camille André.

Trois propositions de loi quasi identiques

Effectivement, la proposition de loi (PPL) sur l’adaptation des littoraux au changement climatique, portée par Pascale Got, qui devait être une avancée majeure sur ce sujet, n’a pas abouti avant la fin du mandat précédent. « Elle n’a pas bénéficié du soutien du gouvernement, qui aurait pu mettre en place la procédure accélérée, comme pour la nouvelle PPL Gemapi », estime Camille André.

Depuis l’an dernier, deux autres PPL quasi identiques – avec de petites différences sur la loi littoral – sont sur la table des parlementaires. L’une déposée au Sénat par Michel Vaspart (22), l’autre à l’Assemblée nationale par Gilles Lurton (35). Sans parler d’un autre projet qui serait en cours par la députée Sophie Panonacle (33).

On évoque aussi un projet de loi gouvernemental

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Face aux tempêtes, plus facile de se protéger que de reculer

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement