Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Santé mentale

La psychiatrie veut soigner mieux en enfermant moins

Publié le 12/07/2019 • Par Auteur Associé • dans : A la Une santé social, Actu expert santé social

NE PAS UTILISER CE DESSIN POUR UN AUTRE ARTICLE
D.R.
La psychiatrie peine à sortir de son approche hospitalo-centrée malgré une volonté vieille de plusieurs décennies. Les hospitalisations sans consentement, traduisant une approche sécuritaire du soin, ne cessent d’augmenter. Patients, familles et professionnels se sont unis au sein du "Printemps de la psychiatrie" pour tenter de refonder la discipline autour d’une approche plus citoyenne.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Par Morgane Pellennec

Lorsque la circulaire du 15 mars 1960 met en place une politique de sectorisation des soins psychiatriques, un mouvement de « désinstitutionnalisation » se met à l’œuvre. La psychiatrie souhaite sortir de son approche « hospitalo-centrée » et organiser les soins du patient dans son environnement. À l’époque, un secteur de psychiatrie de 67 000 habitants comptait idéalement 200 lits.

Aujourd’hui, la plupart des services sectorisés en ont quatre fois moins. Mais la psychiatrie hors les murs peine à remplir ses fonctions. Pis, si le nombre de lits a effectivement baissé, les hospitalisations sans consentement n’ont cessé d’augmenter, selon le rapport 2018 de la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté, Adeline Hazan.

« Les mentalités ont évolué vers ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La psychiatrie veut soigner mieux en enfermant moins

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement