Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Grand Paris

Métropole du Grand Paris : comment les élus envisagent l’avenir

Publié le 15/12/2017 • Par Pascale Tessier • dans : France

Grand_Paris_HP
Fotolia nullplus
La région capitale se prépare-t-elle à un nouveau big bang ? Alors que la métropole du Grand Paris a deux ans d’existence, Emmanuel Macron révèlera dans quelques semaines ses futurs contours. Avec une question qui taraude les élus : quelle sera la place des départements franciliens? et une couronne plus ou moins large.

De quel Grand Paris rêve-t-on ? Pour répondre à cette question, La Gazette des communes a réuni le 13 décembre dernier des élus, des territoriaux et des spécialistes de l’aménagement qui privilégient les objectifs de la métropole avant son périmètre.

Trois scénarios sont sur la table

« La réforme territoriale est au milieu du gué, les élus attendent une clarification rapide. Ils ont besoin d’une structure métropolitaine, mais laquelle ? » s’interroge Tanguy Legoff, chargé d’études à l’Institut d’aménagement et d’urbanisme.

Avant de présenter les 3 scénarios envisagés par Emmanuel Macron qui veut réformer la Métropole du Grand Paris (MG° : le modèle intégré et sa métropole limitée à la zone dense ; le modèle fédératif dont le périmètre oscille entre une partie et l’ensemble de l’agglomération ; le modèle régional qui reprend les contours de l’Ile de France actuelle.

« Le choix de l’échelle pour le Grand Paris de demain déterminera son mode d’organisation institutionnelle », a conclu le politiste.

Des futurs élus désignés par le suffrage universel ?

Pour Patrick Devedjian (LR), président du conseil départemental des Hauts-de-Seine, sans hésitation, le Grand Paris doit compter tous les départements franciliens. Il a d’ailleurs perçu l’évolution de la vision du Président de la République qui a demandé d’instruire le scénario régional.

Convergeant avec Emmanuel Macron, il veut que l’élection des membres de la future structure se fassent au scrutin universel.

Quant à Patrick Braouezec (PC), le président de Plaine Commune et vice-président de la MGP, « parler de la gouvernance d’une métropole qui n’existe pas, c’est mettre la charrue avant les bœufs. Pour réaliser Plaine Commune, on est parti du projet et j’aurais bien aimé qu’on fasse pareil pour la métropole du Grand Paris. »

Les inégalités qui traversent la métropole inquiètent

Cet ardent défenseur des communes et des  intercommunalités estime que ce n’est « pas l’épaisseur du mille-feuilles qui crée la difficulté ». Le vrai sujet serait plutôt les inégalités qui coupent la métropole en deux, entre riches départements comme Paris et les Hauts-de-Seine et départements plus pauvres comme la Seine-Saint-Denis.

Directeur général des services de la Métropole du Grand Paris, Thomas Degos est bien entendu attaché à la collectivité qui l’emploie et souhaite que l’on réfléchisse « à la place des établissements publics territoriaux d’abord et à celle des départements ensuite. »

Quant à rêver de l’élargissement du périmètre de la métropole ? « Je n’y crois pas et d’ailleurs, Patrick Ollier ne l’a jamais demandé » souligne-t-il.

Développer les convergences entre communes et Grand Paris

« Pourquoi rouvrir la boîte de Pandore ? », s’interroge également Fabien Tastet, président de l’association des administrateurs territoriaux de France (AATF) alors que l’urgence est « de finir l’intercommunalité ».

Défenseur du couple « communes-intercommunalités », il souhaite privilégier la convergence. « Ne cherchons pas des problèmes là où il n’y en a pas » insiste-t-il.

La densification tuerait la métropole

La réduction des inégalités et la prise en compte des problématiques du logement et le transport sont justement ces problèmes que Patrick Braouezec aimerait voir finir, mais sans densifier la métropole.

Un avis partagé par Patrick Devedjian qui avoue même ne plus venir à Paris tant on y circule mal. « Nous sommes en train de faire Babel une ville totalement invivable. Quel degré faut-il atteindre pour que les gens comprennent qu’il faut arrêter de densifier ? »

Il rejoint ainsi Patrick Braouezec qui veut stopper l’augmentation du nombre d’habitants qui considère que la métropolisation « ne peut se passer lien avec le péri-urbain et le rural. »

Grand Paris Express, la chance de la grande couronne

Et donc quel scénario les élus choisissent-ils de privilégier ? « Les élus se trompent de combat, d’histoire, de période », s’insurge Daniel Behar, géographe et professeur à l’école d’Urbanisme de Paris.

Fini le cliché « des emplois au centre et de la banlieue dortoir », le Grand Paris Express est une chance dont « la grande couronne soit se saisir » juge ce spécialiste.

Eviter d’aller vers une région à plusieurs vitesses

« Evitons la construction d’une Ile-de-France à trois vitesses”, comme le craint Jean-François Vigier, maire de Bures-sur-Yvette et président sortant du Forum métropolitain du Grand Paris.

À moins de pratiquer, comme le suggère Daniel Behar, « une politique volontariste qui permette aux territoires de se connecter aux territoires voisins ».

Encore faut-il ne pas remettre en cause les lignes de métro attendues, « ce qui serait une grave erreur » pour Jean-Yves Le Bouillonnec, maire (PS) de Cachan et président du conseil de surveillance de la société du Grand Paris.

« On est déjà un des seuls pays au monde à mettre 9 ans à faire une infrastructure classique » a-t-il conclu.

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Métropole du Grand Paris : comment les élus envisagent l’avenir

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement