logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/540402/lunion-nationale-des-missions-locales-demande-a-letat-de-ne-pas-les-oublier/

JEUNES
L’Union nationale des missions locales demande à l’État de ne pas être oubliée
Nicolas César | Actu expert santé social | France | Publié le 14/12/2017

Les « Rencontres nationales du réseau des missions locales », les 11 et 12 décembre à Bordeaux ont été l’occasion pour le réseau de se positionner vis-vis-vis du gouvernement sur les nouvelles politiques d’insertion pour les 16-25 ans.

jeunes sur un banc« Nous avons été oubliés par l’État sur le plan 500 000 formations à destination des demandeurs d’emploi, lancé en 2016 », rappelle, avec amertume à « La Gazette des communes », Jean-Patrick Gille, président de l’Union des missions locales. « C’était une erreur. Nous avions pourtant toute légitimité au regard du maillage territorial des 442 Missions locales en France qui accompagnent chaque année près de 1,3 million de jeunes de manière personnalisée et globale avec leurs 13 500 professionnels», insiste-t-il.

A l’heure où le gouvernement prépare de nouvelles politiques publiques d’insertion à destination des 16-25 ans en difficulté, le réseau a profité de ces Rencontres nationales des missions locales à Bordeaux les 11 et 12 décembre pour dire combien il veut être cette fois associé à son « Grand plan d’investissement pour une société de compétences [1] ». Un plan ambitieux, présenté le 25 septembre par le Premier ministre, qui vise à former un million de demandeurs d’emploi peu qualifiés et un million de jeunes décrocheurs de 2018 à 2022.

Faire face aux défis des révolutions numérique et robotique

En ce sens, les tables-rondes de ces Rencontres nationales des Missions locales ont insisté sur la nécessité de développer les compétences et la formation des jeunes en difficulté d’insertion pour faire face aux grandes mutations du monde du travail, en particulier aux révolutions numérique et robotique, qui impactent tous les secteurs d’activité. Pas moins de 700 élus étaient présents sur les deux jours.

POUR ALLER PLUS LOIN