Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Opinion

Préserver la qualité de la couverture santé des plus fragiles – Thierry Beaudet, président de la Mutualité Française

Publié le 03/07/2019 • Par Auteur Associé • dans : A la Une santé social

Thierry-Beaudet
Copyright NATHANAEL MERGUI
Au 1er novembre 2019, un nouveau dispositif de CMUC contributive devrait permettre aux Français les plus modestes (les bénéficiaires actuels de la CMUC et de l’ACS) d’avoir accès plus facilement et à moindre coût (30 euros maximum par mois) à une complémentaire santé. Pourtant, la mise en œuvre de cette réforme, telle qu’envisagée en mai par le gouvernement, remet en cause son ambition initiale.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

En fixant à environ 20 euros par bénéficiaire le coût de prise en charge et d’accompagnement sur une année, le gouvernement prive de facto les assurés les plus fragiles d’un niveau de service indispensable. Ces assurés ont, plus que les autres, besoin de conseils et d’information : ils sont ainsi en contact une vingtaine de fois dans l’année avec leur mutuelle. Un paradoxe alors ­qu’Emmanuel Macron martèle que la clé de la lutte contre la pauvreté réside justement dans l’accompagnement.

Avec ces modalités d’application, le gouvernement stigmatise les plus fragiles en les privant du choix et des services de leur complémentaire santé. Car, de fait, sauf à sacrifier leurs équilibres économiques ou à en faire porter le coût aux autres assurés, les mutuelles ne seront pas en mesure d’assumer la gestion de la CMUC contributive dont l’Assurance maladie aura le monopole.

Cette réforme de la complémentaire santé risque alors bien de se faire au détriment des plus de 10 millions de bénéficiaires potentiels (soit 15 % des Français !). Notre santé basculerait dans un système à deux vitesses, avec les plus pauvres pris en charge par les pouvoirs publics d’un côté, et de l’autre, les personnes ayant les moyens de se soigner correctement. À l’inverse du système solidaire que promeuvent les mutuelles. C’est pourquoi la Mutualité Française leur a demandé de ne pas s’engager dans ce nouveau dispositif.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Acteurs publics, comment optimiser vos dépenses informatiques grâce au cloud ?

de Capgemini

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Préserver la qualité de la couverture santé des plus fragiles – Thierry Beaudet, président de la Mutualité Française

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement