Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • A la une
  • Baisse des APL et des loyers HLM : le Sénat trouve une alternative qui pourrait soulager les bailleurs

LOGEMENT

Baisse des APL et des loyers HLM : le Sénat trouve une alternative qui pourrait soulager les bailleurs

Publié le 07/12/2017 • Par Nathalie Da Cruz • dans : A la une, Actu expert santé social, Actualité Club finances, France

Hémicycle du Sénat
Sénat
Lors des discussions sur le PLF 2018, le Sénat a marqué un point le 6 décembre. L’article 52, qui prévoit une baisse des APL de 60 euros dès le 1er janvier, et une compensation par une baisse des loyers dans le parc HLM, a cristallisé les débats. Un amendement a été adopté, qui, s'il était adopté en commission mixte paritaire, pourrait sonner la sortie de crise.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Elle fut longue, ce 6 décembre, la liste des sénateurs, de gauche comme de droite, venue à la tribune du Sénat tirer à boulets rouges sur l’article 52 du PLF 2018.

Rappel des faits : le gouvernement cherche à économiser 1,5 milliard sur les APL (Aide personnalisée au logement). Les bailleurs sociaux devront compenser cette baisse de l’APL à hauteur de 60 euros par loyer dès le 1er janvier 2018, via une « réduction de loyers de solidarité » (RLS).

Trouver un compromis

« 1,5 milliard, cela représente la moitié du gain généré par la suppression de l’ISF », s’emporte Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice (PS) de Paris et présidente de la Fédération des coopératives de HLM. Sénateur du Nord (LR) et ancien ministre du Logement, Marc-Philippe Daubresse n’a pas ménagé ses propos : « Si on demande ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Gazette pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

2 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Baisse des APL et des loyers HLM : le Sénat trouve une alternative qui pourrait soulager les bailleurs

Votre e-mail ne sera pas publié

martin yannick

08/12/2017 06h55

la baisse des APL , va aussi contribuer aux bailleurs HLM a ne plus recruter , voir même a Licencier du Personnel….comme c est le cas dans mon Département , la CGLLS ce doit aussi contrôler ces plans d aide , ce sont des Financements , PUBLIC ….

Idée!!!

08/12/2017 09h33

Il me semble qu’il existe une autre solution qui consiste à s’interroger sur les plafonds de revenus qui permettent d’accéder au logement social.

De mémoire, pour une personne seule et suivant les régions, le plafond de revenu est soit de 27.000 € ou de 24.000 €. Si ces chiffres sont justes (il faudrait les vérifier), il est certain que beaucoup de bailleurs privés seraient très heureux de louer leur bien immobilier à des personnes qui se rapprochent de ces plafonds.

On peut donc imaginer une contribution spécifique de ces personnes (à partir d’un certain seuil) à l’atteinte de l’objectif de réduction « moyenne » de 60 € par allocataire qui viendrait en compensation pour les organismes concernés.

En clair, certains locataires verraient baisser leur loyer de 60 €, d’autres d’une somme moindre et certains verraient leur loyer augmenter. Au solde au niveau national on aurait bien une baisse moyenne de 60 €.

C’est vrai c’est un peu une « usine à gaz »… comme on sait si bien les faire en France! Mais pourquoi s’en priver quand cela répond à un objectif louable?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement