logo
DOSSIER : La réforme du stationnement : une mise en œuvre pharaonique
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/536575/reforme-du-stationnement-combien-paieront-les-automobilistes/

DÉCENTRALISATION DU STATIONNEMENT
Réforme du stationnement : combien paieront les automobilistes ?
Nathalie Da Cruz | A la une | A la Une prévention-sécurité | Actu experts prévention sécurité | France | Publié le 01/12/2017 | Mis à jour le 12/04/2018

Après une période d’hésitation, les villes seront dans les temps pour déployer la réforme du stationnement payant au 1er janvier prochain. Une bonne partie des communes concernées ont fixé le montant du « forfait de post-stationnement » que les automobilistes indélicats devront payer.

Dernière ligne droite pour les 800 communes qui disposent de stationnement payant sur voirie et concernées par la réforme de décentralisation et de dépénalisation, qui entre en vigueur le 1er janvier prochain. L’amende pénale de 17 euros va disparaître, au profit d’un FPS fixé par les communes, qui pourra être inférieur ou supérieur à 17 euros.

Après des réticences exprimées début 2017, en particulier par les villes petites et moyennes, la pompe semble s’être amorcée. La mission interministérielle de décentralisation du stationnement est rassurée : il n’y aura pas de fronde anti-réforme. Pourtant, la mise en œuvre n’a pas été des plus simples. Dans un premier temps, les communes ont dû, quand cela était nécessaire, renouveler leurs horodateurs. Il leur a fallu aussi décider ou non d’un zonage et d’une nouvelle grille tarifaire.

Autre choix important : déléguer le contrôle ou le conserver en régie. Ce sont le plus souvent des grandes villes qui ont opté pour la délégation au privé, comme Paris, Bordeaux, Metz, Montpellier…

Montant du FPS

Restait le point le plus sensible, celui de fixer le montant du FPS que les automobilistes devront acquitter s’ils n’ont pas, ou pas suffisamment, payé leur stationnement. Nombre d’élus ont attendu le dernier moment. A la mi-novembre, plusieurs villes n’avaient pas encore délibéré, craignant de braquer une partie de leurs résidents. Il faut dire que les associations d’automobilistes, vent debout depuis le début, ont présenté la réforme à travers ...

POUR ALLER PLUS LOIN