Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Eau potable

La commune peut-elle refuser unilatéralement de desservir une exploitation de maraîchage du réseau d’eau ?

Publié le 20/11/2017 • Par Gabriel Zignani • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles

Réponse du ministère de l’Intérieur : Les mesures de limitation ou de suspension des usages de l’eau, notamment dans les cas de sécheresse ou de risque de pénurie se fondent sur le 1° du II de l’article L. 211-3 du code de l’environnement. Elles sont par ailleurs strictement encadrées par les dispositions des articles R. 211-66 à R. 211-70 du même code. Ainsi, les préfets de département peuvent, par arrêté prescrit pour une durée limitée et pour un périmètre déterminé, prendre des mesures restreignant les usages de l’eau. Ces arrêtés visent notamment à assurer l’exercice des usages prioritaires, plus particulièrement la santé, la sécurité civile, l’approvisionnement en eau potable et la préservation des écosystèmes aquatiques.

Les mesures de restriction imposées sont progressives et varient en fonction de seuils définis au niveau local par les préfets. Ainsi, en matière agricole, des plages horaires autorisant les agriculteurs à prélever de l’eau peuvent être définies par arrêté préfectoral. Si les maires, en tant que responsables de l’ordre public sur le territoire de leur commune, ont également la possibilité de prendre les mesures de police générale nécessaires au bon ordre, à la sûreté, à la sécurité et à la salubrité publiques, seul un cas de péril imminent les autoriserait à s’immiscer dans l’exercice du pouvoir de police spéciale confié aux préfets de département par l’article L. 211-3 du code de l’environnement (CE, 2 décembre 2009, Commune de Rachecourt-sur-Marne, req. n° 309684). Par conséquent, en l’absence d’arrêté préfectoral pris en application des dispositions de l’article L. 211-5 du code de l’environnement ou de péril imminent, il n’est pas possible, pour une commune, de refuser unilatéralement la desserte en eau d’une exploitation agricole pour des motifs d’insuffisance de la ressource en eau.

Domaines juridiques

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La commune peut-elle refuser unilatéralement de desservir une exploitation de maraîchage du réseau d’eau ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement