Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Restauration scolaire

Les normes nutritionnelles pourraient être abandonnées

Publié le 17/01/2011 • Par Isabelle Verbaere • dans : A la une, France

Enfants jouant à l'elastic dans une cours d'école
Phovoir
Des règles nutritionnelles imposées dans toutes les cantines scolaires ? Cette mesure inscrite dans la loi de modernisation de l’agriculture et de la pêche (article premier) votée en juillet 2010, va-t-elle être abandonnée par le gouvernement ?

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Son sort devrait être scellé le 18 janvier 2011 lors d’une réunion interministérielle.
Le décret d’application présenté le 6 janvier devant la Commission Consultative d’Evaluation des Normes (CCEN) a reçu un avis défavorable.
Une décision qui pourrait avoir des « conséquences potentiellement désastreuses » dénonce Valérie Boyer députée de la 8e circonscription des Bouches-du-Rhône, adjointe au Maire de Marseille, dans un courrier envoyé le 14 janvier notamment au cabinet du premier ministre.
Elle n’est pas la seule à s’indigner.

Des règles nutritionnelles obligatoires –Depuis plusieurs années, les associations de consommateurs comme l’UFC-Que Choisir, la Fédération de parents d’élèves FCPE et les experts exigent que les règles nutritionnelles deviennent obligatoires…pour qu’elles soient enfin appliquées partout.
Car l’équilibre alimentaire fait l’objet de recommandations depuis plus de 10 ans.
Mais plusieurs études montrent qu’elles sont peu ou pas appliquées. « Si dans certains restaurants scolaires les équipes s’efforcent de concevoir une offre conforme, dans d’autres en revanche, années après années, les menus continuent à manquer de légumes, de fruits, de viandes rouges, de poisson ou de fromages riches en calcium » constate Valérie Boyer.

15 % des enfants âgés de 3 à 14 ans ont des kilos en trop – 15 % des enfants âgés de 3 à 14 ans ont des kilos en trop, soit 5 fois plus qu’en 1960.
L’amélioration des menus servis à l’école, de leur équilibre, de leurs qualités nutritionnelles et sanitaires sont une priorité de santé publique » estime l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Pour deux raisons. D’une part, parce que pour de nombreux enfants, ils représentent la source principale de nutriments nécessaires à leur développement. D’autre part, « sous réserve qu’ils soient équilibrés, ils constituent un repère des bonnes habitudes alimentaires » rappelle Valérie Boyer.

Cet article est en relation avec le dossier

6 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les normes nutritionnelles pourraient être abandonnées

Votre e-mail ne sera pas publié

jane

18/01/2011 09h13

L’abandon de ces normes alimentaires est en totale contradiction avec la campagne du gouvernement « manger 5 fruits et légumes par jour… »
Ces formes permettent au pouvoir public d’attribuer des marchés en toute confiance dans l’intérêt de la santé de nos enfants dont les maladies , s’ils sont obèses, creuseront d’avantage notre « trou » de la Securité sociale.

fausse bonne idée

19/01/2011 08h56

Si les normes sont trop contraignantes, les gamins iront manger un croissant ou une pizza chez le commerçant du coin. On aura gagné quoi dans l’affaire. Même principe que la loi Evin qui a mis le bazar dans les rues autour des établissements scolaires parce que tous les gamins sortent pour fumer… ou tenir compagnie aux fumeurs…

mulaur

19/01/2011 10h21

Ce ne sont pas les 3 -14 ans qui sortiront pour manger un croissant ou une pizza, par contre c’est eux qui ont besoin d’avoir de bonnes habitudes alimentaires.
Et manger équilibré n’est pas forcément une contrainte au contraire, c’est plutôt le problème de qualité qui insite les enfants à bouder la cantine.

Pierre ANTOINE

19/01/2011 10h55

Bonjour
Oui bien sûr, si les normes sont contraignantes, les enfants vont aller s’empiffrer de cochonneries….
Mais je trouve cela un peu reducteur, et surtout trop pessimiste.

Il semblerait que les quelques expériences de reprise en main de la cantine (régie directe, service à la table, produits locaux) par les responsables que sont les municipalités puissent avoir des effets positif : faire manger des betteraves crues et de la purée de carottes c’est quand même un bel exploit, non?
(cf. Esprit Village n°106)

Pierre

jean

19/01/2011 01h37

Je suis absolument d’accord avec ‘Fausse bonne idée’. on devrai pouvoir ouvrir des Fast burq dans les établissements scolaire et même des distributeurs de cigarettes.
Vive la France, Vive la France

Philippe LAURENT

21/01/2011 12h37

Si la CCEN, dont je présidais ce jour-là la séance, a émis un avis défavorable, c’est essentiellement parce qu’elle a considéré qu’il était un peu trop facile de crier « haro sur les maires » dans cette question préoccupante de santé publique, alors même :
– que moins d’un repas sur quatre des enfants est pris à la « cantine » scolaire
– qu’il revient d’abord aux parents de faire l’éducation des enfants en matière de consommation
– que le pouvoir central a renoncé à des mesures beaucoup plus générales de sur-taxation des aliments dangereux, que tout le monde connaît, afin d’épargner les grands groupes agro-alimentaires
Que chacun balaie devant sa porte avant que ne soient prises des mesures complexes qui conduiront inévitablement à la disparition des petites unités publiques de restauration scolaire, au seul profit des grands groupes de restauration collective.
Où est le courage de se donner ainsi bonne conscience alors même qu’on sait parfaitement que le vrai problème n’est pas traité et que les lobbies vont encore gagner ?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement