logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/535254/violences-contres-les-sapeurs-pompiers-les-chiffres-a-retenir/

STATISTIQUES
Violences contre les sapeurs-pompiers : les chiffres à retenir
Céline Groslambert | A la Une prévention-sécurité | A la Une RH | Documents utiles | France | Toute l'actu RH | Veille documentaire prévention-sécurité | Publié le 15/11/2017 | Mis à jour le 17/11/2017

Le nombre de sapeurs-pompiers professionnels et volontaires victimes d'une agression est en hausse de 17,6% en 2016. C'est l'un des principaux enseignements d'une étude publiée le 15 novembre par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).

PMPompiers_BMerle FlickrEn consacrant une partie de son rapport annuel aux agressions subies par les sapeurs-pompiers lors de leurs interventions, l’ONDRP livre une cartographie de ce phénomène, qui se révèle variable d’une région à l’autre. L’an dernier, il avait enregistré une hausse de 21% de ces agressions sur l’ensemble du territoire français. La tendance se confirme pour 2016, avec une nouvelle hausse de 17,6%. Néanmoins, les auteurs précisent que leur rapport est basé sur des chiffres non exhaustifs, en l’absence d’obligation formelle de déclarer les faits d’agressions. En outre, « la remontée des informations peut varier en fonction des SDIS » précisent-ils. Les faits de violence à l’égard des sapeurs-pompiers pourraient donc en réalité être bien plus nombreux que ceux dévoilés par ce rapport.

Ces chiffres livrent toutefois des tendances significatives – et donc, pour l’année 2016, celle d’une nette orientation à la hausse pour ces agressions. Voici les principaux chiffres à retenir dans un contexte de hausse des interventions (+2%) entre 2015 et 2016 :

Carte des violences : des disparités entre régions

La région Nouvelle-Aquitaine est celle qui compte le plus d’agressions déclarées de sapeurs-pompiers en 2016 (406 agressions), suivie des régions Hauts-de-France (366 agressions) et Auvergne-Rhône-Alpes (301 agressions). Cette dernière est cependant la seule des trois à enregistrer une baisse de ce nombre par rapport à l’année précédente (- 29,3%). La Nouvelle-Aquitaine est également la région qui connaît la plus forte hausse d’agressions (406 en 2016 contre 132 en 2015, soit un bond de 207,6%). Cependant, cette augmentation peut être attribuée à une meilleure remontée des informations sur les faits de violences. La Corse est la seule région à n’avoir enregistré aucune déclaration d’agression de sapeurs-pompiers pour l’année 2016. Elle constitue donc l’une des régions les moins touchées, avec les départements d’outre-mer (21 agressions) et la Bretagne (25 agressions).

Moins des deux tiers des sapeurs-pompiers victimes d’agression ont déposé plainte en 2016 (1337 personnels agressés sur 2280, soit 58,6 %). Ce taux de plainte est en baisse par rapport à 2015 (il était alors de 65%). Aucune région n’enregistre en 2016 un taux de plainte de 100%. Si la région Ile-de-France se distingue par son taux de plainte élevé (90,4% des agressions ont été suivies d’un dépôt de plainte), la Nouvelle-Aquitaine présente le taux de plainte le plus faible (6,9%). Le rapport comptabilise les plaintes pour agression déposées en tant que « personne physique » (donc par les sapeurs-pompiers eux-mêmes), mais ne prend pas en compte celles déposées en tant que « personne morale » par les services départementaux d’incendie et de secours (SDIS) – soit 726 plaintes déposées par ces établissements en 2016.

 

REFERENCES