Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

insertion

Le RSA activité ne trouve pas son public

Publié le 14/01/2011 • Par Agnès Thouvenot • dans : France

Le rapport 2010 du Comité d’évaluation du revenu de solidarité active (RSA) publié début janvier avance plusieurs hypothèses pour expliquer l'absence de succès du RSA activité.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Si « le revenu de solidarité active socle a pris sans difficulté le relais du RMI et de l’API pour les foyers concernés » – comme le souligne le rapport 2010 du Comité d’évaluation du RSA – le RSA activité reste à la traine.

Allocataires trois fois moins nombreux que prévu – Près de dix-huit mois après sa mise en œuvre, le dispositif, imaginé par Martin Hirsch comme vecteur de sortie de la pauvreté, peine à trouver son public : au 30 septembre 2010, 450.000 allocataires en bénéficiaient, soit trois fois moins que les estimations effectuées en 2009.

Parmi les explications avancées par les auteurs du rapport, la dégradation du marché du travail. Ainsi le nombre d’allocataires du RSA socle (socle seul ou socle et activité) s’est accru de + 10,7% entre juin 2009 et septembre 2010, passant de 1,2 à 1,3 million.

Mais au-delà des effets de la conjoncture économique, les auteurs s’interrogent sur le non recours au RSA activité : la faible montée en charge de cette prestation « pourrait illustrer le temps nécessaire pour qu’une nouvelle prestation « s’installe » dans le paysage social », avancent les auteurs.

Un phénomène identique à celui constaté pour le RMI, la CMU ou l’APA.

Causes plus fondamentales ? « Mais s’agit-il simplement d’un phénomène transitoire lié au rythme de la montée en charge, ou a-t-il des causes plus fondamentales qui risquent, en l’absence de mesures visant à accroître l’accès au dispositif des foyers éligibles, d’affecter durablement le nombre de bénéficiaires ? », s’interroge le rapport en s’appuyant une étude de la CAF de Bordeaux.

Celle-ci a mené une importante campagne de relance auprès de bénéficiaires potentiels du RSA activité.

« L’ampleur du non recours au RSA activité seul et (qu’) il ne se résorbe que lentement et partiellement », la mauvaise connaissance par les personnnes de leur éligibilité au dispositif, la crainte de perdre les droits connexes et la complexité des démarches.
Telles  sont les hypothèses que le Comité d’évaluation entend analyser dans ses prochains travaux.

Rôle de complément de revenu bien rempli – Toutefois, le RSA activité semble bien jouer son rôle de complément de revenu, permettant de sortir de la pauvreté.

« Le RSA activité a amélioré le niveau de vie des bénéficiaires. Ainsi, le revenu médian des ménages recevant le RSA activité serait supérieur de 18% à la fin 2009 à ce qu’il aurait été en l’absence du nouveau dispositif. Par ailleurs, 70.000 foyers auraient franchi le seuil de « bas revenus » fin 2009 ».

4 Réagir à cet article
marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le RSA activité ne trouve pas son public

Votre e-mail ne sera pas publié

BB

17/01/2011 08h54

Ce constat n’est pas surprenant et démontre qu’un dispositif doit être simple déjà pour ceux qui doivent le mettre en oeuvre. Que n’a-t-on pas entendu ici et là les appels de détresse des assistantes sociales quant à a ce nouveau dispostif et à son mode de calcul. Pourtant ce RSA a fait l’objet d’une expérimentatio dans plusieurs Départements avant d’être généralisé. On peut s’étonner que cette période n’est pas permis de simplifier et de rendre lisible ce « nouveau droit. Il en va d’ailleurs de même pour le RSA jeune, qui en définitive ne concerne que peu de jeunes au regard des conditions demandées pour l’obtenir. Ah ! cette France de hauts fonctionnaires déconnectés de la réalité et pour tous les autres qui ne sont pas concernés.

khadija du val de marne

17/01/2011 11h10

bonjour,je me bat depuis le moin d’octobre 2010 pour avoir ce fameux RSA a ce jour je ne l’ai toujours pas ,demarche trop compliquée

bmiser

20/01/2011 06h09

Ce qui est surtout incroyable, c’est qu’il y ait autant de bénéficiaires du RSA alors que paradoxalement on empêche les gens de partir en retraite. Situation aberrante indigne d’un pays civilisé… Ne vaudrait il pas mieux que ces gens travaillent plutot que de vivre de subsides de ceux qui sont exploités de tous cotés : a savoir les classes moyennes que l’UMP n’arrête pas de taxer indéfiniment….

Homere

20/01/2011 06h36

Faut pas demander à un haut fonctionnaire de faire quelque chose de simple ,ce n’est ce qu’on leur apprend !!!!!!.
Rappelons nous les 35Hoù,il y avait jusqu’a 7 smic différents ,NON ce n’est pas du REVE ;c’est la triste réalité de notre ORGANISATION???????.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement