logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/533597/un-agent-communal-loge-a-proximite-dune-salle-de-reception-peut-il-se-voir-imposer-une-presence-sur-place-les-weekends/

FONCTION PUBLIQUE
Un agent communal, logé à proximité d’une salle de réception, peut-il se voir imposer une présence sur place les weekends ?
Gabriel Zignani | Réponses ministérielles | Réponses ministérielles RH | Publié le 07/11/2017 | Mis à jour le 06/11/2017

Réponse du ministère de l’Intérieur : En application de l’article 1er du décret n° 2001-623 [1] du 12 juillet 2001 pris en application de l’article 7-1 de la loi n° 84-53 [2] du 26 janvier 1984 et relatif à l’aménagement et à la réduction du temps de travail dans la fonction publique territoriale, les règles relatives à la définition, à la durée et à l’aménagement du temps de travail applicables aux agents des collectivités territoriales et des établissements publics en relevant sont déterminées dans les conditions prévues par le décret n° 2000-815 [3] du 25 août 2000 relatif à l’aménagement et à la réduction du temps de travail dans la fonction publique de l’État.

Aux termes de ces dispositions, l’organisation du travail doit respecter les garanties minimales suivantes : la durée hebdomadaire de travail effectif, heures supplémentaires comprises, ne peut excéder quarante-huit heures au cours d’une même semaine, ni quarante-quatre heures en moyenne sur une période quelconque de douze semaines consécutives ; la durée quotidienne du travail ne peut excéder dix heures ; les agents bénéficient d’un repos minimum quotidien de onze heures ; l’amplitude maximale de la journée de travail est fixée à douze heures ; le travail de nuit comprend au moins la période comprise entre 22 heures et 5 heures ou une autre période de sept heures consécutives comprise entre 22 heures et 7 heures ; aucun temps de travail quotidien ne peut atteindre six heures sans que les agents bénéficient d’un temps de pause d’une durée minimale de vingt minutes ; le repos hebdomadaire, comprenant en principe le dimanche, est au moins égal à trente-cinq heures.

Dans ce cadre légal, l’organe délibérant de la collectivité territoriale détermine, après avis du comité technique compétent, les conditions de mise en place des cycles de travail. Il peut tenir compte des sujétions liées à la nature des missions assurées par les agents pour fixer des cycles de travail adaptés aux sujétions concernées. Le cycle de travail peut être hebdomadaire ou annuel, la durée annuelle de travail effectif étant fixée à 1607 heures maximum. Toutefois, en cas notamment de travail de nuit, de travail le dimanche, de travail en horaires décalés, la durée annuelle de travail peut être réduite par l’organe délibérant, après avis du comité technique compétent. En l’occurrence, le conseil municipal peut donc fixer le cycle de travail d’un agent chargé du gardiennage d’une salle destinée à la location pour les fêtes et les mariages sur la base des samedis et dimanches des périodes pendant lesquelles la salle est louée, en veillant au respect des dispositions rappelées ci-dessus et, s’il y a lieu, en réduisant sa durée annuelle de travail.

REFERENCES