Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Développement durable

Réduire le gaspillage : une question d’éthique et de bon sens

Publié le 29/05/2019 • Par Solange de Fréminville • dans : A la Une santé social, Dossier Santé Social

PTDEVUE_162
D.R.
Réduire le gaspillage a un impact environnemental et économique et permet aussi d’améliorer les conditions de travail des agents. Marion Briançon-Marjollet, responsable RSE à la Fnaqpa, témoigne de la motivation des personnels. Philippe Carenco, médecin hygiéniste, insiste sur l’importance d’agir à la source en réduisant les facteurs de pollution.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Quels sont les enjeux des démarches environnementales dans le secteur de la santé ?

Philippe Carenco : Il s’agit d’abord de préserver l’écosystème et la biodiversité, en conséquence notre santé à tous. Si on prend l’exemple des détergents et des désinfectants utilisés pour nettoyer les établissements de santé, on sait que pour un hôpital de 200 lits, c’est sept tonnes de désinfectants qui vont dans les égouts chaque année. Ils continuent leur activité biocide une fois partis dans les égouts et tuent les bactéries, alors qu’un effluent a besoin d’une bactériologie très riche pour éliminer toutes les matières rejetées. Une fois que l’effluent ressort de la station d’épuration, les biocides sont toujours là, leur effet écotoxique persiste et s’accumule en milieu naturel. C’est d’autant plus ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Crise énergétique: la chaleur renouvelable, levier de la souveraineté énergétique des collectivités

de ADEME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Réduire le gaspillage : une question d’éthique et de bon sens

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement