Métier

Les élèves ingénieurs en chef nous parlent de leur nouvelle formation

| Mis à jour le 10/11/2017
Par • Club : Club Techni.Cités

crédits : INET

Ils viennent d’intégrer la première promotion d’ingénieur en chef territorial. Vyasasaï Ramany Bala Poubady et Amandine Goujat ont partagé avec le club Techni.Cités leur expérience du concours et leurs projets de carrière.

C’est une nouveauté. Depuis la rentrée 2017, les lauréats du concours d’ingénieur en chef suivent une formation initiale d’application de 12 mois à l’Institut national des études territoriales (Inet), aux côtés des autres futurs cadres de direction des collectivités locales. C’est le cas de Vyasasaï Ramany Bala Poubady et d’Amandine Goujat, qui ont intégré la première promotion d’élèves, le 2 octobre. Nous les avons interrogés pour en savoir plus sur leur parcours, leurs attentes, mais aussi sur leur vision de ce nouveau cadre d’emplois.

  • Ingénieur en chef : la première promotion d’élèves intègre ...
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

Déjà abonné ? Identifiez-vous
+
Mot de passe oublié ?
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, profitez de l’offre découverte 30 jours gratuits !

Offre découverte
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

ABONNEZ-VOUS
Commentaires

2  |  réagir

16/11/2017 11h25 - AlterEgo

@VALENTIN Jacques
Vu les sujets sortis à l’écrit, vu les sujets/questions posées aux oraux (peu ou pas de questions sur des sujets techniques), vu la composition du jury (bcp d’IC mais aucun sur des postes dits techniques), vu le contenu de cette formation depuis le 1er octobre (là aussi, peu de thématiques techniques abordées) j’ai un peu de mal à saisir votre commentaire…

Signaler un abus
13/11/2017 09h35 - VALENTIN Jacques

Bonjour,
Ingénieur en Chef, DGST, maintenant à la retraite, je ne peux que regretter que les formations sur 12 mois ne soient faites qu’en milieu interne d’un bureau n’ayant que rarement une expérience de terrain.
En effet, après plus de 40 années sur le terrain, je n’ai pu que constater que la plupart des Ingénieurs en Chef et même les autres, n’avaient qu’une spécialité et souvent hors sujet de la fonction territoriale.
Personnellement, les stages dans une collectivité dont l’ingénieur doit maitriser tout les sujets serait plus logique.
La meilleur des formations était celle des Adjoints Techniques, qui eux devaient maîtriser toutes les matières techniques territoriale.
Un Ingénieur est bien trop souvent incapable de préparer un projet complet et n’a qu’une spécialité, alors que son titre devrait lui permettre d’occuper toute les filières.

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Smart grids : 10 conseils avant de se lancer

    La FNCCR délivre dix recommandations aux collectivités qui souhaitent préparer l’avènement des réseaux énergétiques intelligents. Même si le sujet est sensible, la fédération veut en particulier les convaincre de s’engager en faveur de compteurs ...

  • ICPE et réglementation des rejets de substances dangereuses

    Les résultats des programmes de recherche et réduction des rejets de substances dangereuses dans l’eau engagés depuis 2000 ont permis de réviser la réglementation ICPE. L’arrêté du 24 août 2017 veut étendre cet effort de réduction à d’autres ...

  • Qui va payer pour desservir les territoires isolés ?

    Un des enjeux principaux du projet de loi d’orientation des mobilités est de couvrir tout le territoire, et notamment les zones isolées qui sont situées dans le périurbain et le rural. Mais ce texte reste flou sur les ressources financières qui seront mises à ...

  • Quand la participation sécurise les projets

    L’urbanisme participatif revêt aujourd’hui de multiples formes. Pratiqué très en amont, il permet de réellement peser sur les projets et même d’en fluidifier la réalisation. ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP