Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Numérique

Services dématérialisés : un nouveau facteur d’exclusion sociale

Publié le 24/10/2017 • Par Adeline Farge • dans : Actu expert santé social, Dossiers d'actualité, France

exclus-numerique
F. Calcavechia/ La Gazette
Si nombre de Français sont ultraconnectés, les plus vulnérables patinent toujours sur le web. A l'heure où les services publics essentiels se dématérialisent les uns après les autres, ces oubliés du numérique subissent une double exclusion.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Numérique : le côté obscur de la dématérialisation

« On se sent complètement isolés dans notre village. » Alors que beaucoup traquent les bonnes affaires sur le web, tchatent avec leurs proches à l’autre bout de la planète, réservent leurs billets d’avion en trois clics, Martine bataille avec une connexion internet capricieuse. En plus de devoir sortir de sa ferme pour appeler avec son portable, cette agricultrice de Villalet, un village de l’Eure (intégré à la commune nouvelle de Sylvains-lès-Moulins, 1 300 hab.), use du système D. Faute d’un débit suffisant, elle est contrainte de se rendre à la bibliothèque ou chez des amis mieux lotis. « Lorsque je dois déposer ma demande d’aides de la politique agricole commune ou déclarer mes impôts, je dois aller à Evreux, à 20 kilomètres. Ces démarches me prennent la journée, ce qui est compliqué lorsque l’on gère une exploitation agricole. Mais si je dépasse les délais, je perds mes subventions », souffle-t-elle.

Ces tracasseries sont le lot quotidien des 15 % de Français encore privés d’internet à leur domicile en 2016, selon « Le baromètre du numérique 2016 » du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc). Pour ne pas laisser les habitants des campagnes à l’écart d’une société de plus en plus connectée, les collectivités sont contraintes de financer, avec l’Etat, le déploiement du très haut-débit dans les zones rurales, là où les opérateurs télécoms sont absents, faute de rentabilité.

Le haut-débit (bientôt) pour tous

En juillet, Emmanuel Macron a décidé d’accélérer le calendrier pour parvenir à une couverture en haut et très haut débit sur tout le territoire à l’horizon 2020. Stratégie confirmée le 27 septembre. Le Plan France très haut-débit, mobilisant 20 milliards d’euros en dix ans, prévoyait le déploiement de la fibre optique pour tous en 2022. Si tous les Français n’auront pas un accès à grande vitesse à cette date, le débit sera plus rapide. Pour tenir le cap, d’autres technologies seront mises à contribution (satellite, ADSL, 4G).

De nombreux oubliés

« Nous devons assurer une égalité dans l’accès aux services numériques entre les ruraux et les citadins. C’est l’attractivité de nos territoires qui est en jeu. Aujourd’hui, les familles quittent les communes où les connexions sont restreintes et les entreprises ne s’y installent pas », observe John Billard, vice-président de l’Association des maires ruraux de France, chargé du numérique. Les habitants des campagnes ne sont pas les seuls à rester sur le carreau. Parmi les oubliés du numérique, les plus précaires, les non-diplômés et les seniors, loin d’avoir été tous biberonnés au digital. « Dans des villes ultraconnectées, les logements ont beau être raccordés à la fibre optique, une partie de la population n’est pas dotée d’un capital culturel suffisant pour se saisir des opportunités du numérique. L’accès aux équipements n’est pas le seul facteur d’exclusion. La maîtrise des usages n’est pas innée », constate Florence Durand-Tornare, fondatrice de l’association Villes internet.

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite
Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment accompagner les ménages vers la rénovation énergétique de leur logement sur votre territoire ?

de SOLIHA

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Services dématérialisés : un nouveau facteur d’exclusion sociale

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement