logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/53091/ain-hausse-de-4-de-la-taxe-fonciere-a-cause-des-depenses-sociales-non-compensees/

BUDGET 2011
Ain : hausse de 4% de la taxe foncière « à cause des dépenses sociales non compensées »
Claude Ferrero | Actualité Club finances | Régions | Publié le 12/01/2011

Les conseillers généraux de l’Ain ont voté le 15 décembre dernier un budget primitif de 572,24 millions d’euros pour 2011, en baisse de 0,74% par rapport à 2010.

Les dépenses de fonctionnement s’établissent à 409,47 M€ (+ 3,3%), dont 114,4 pour les personnes âgées, 56,8 pour les personnes handicapées, et 84,38 pour les frais de personnels (+ 1,39%).
A noter : un gel de la dotation de fonctionnement au SDIS et une baisse des subventions.

Les recettes de fonctionnement atteignent 450,7 M€ (+ 3,8%), où la fiscalité directe représente le premier poste de ressources (42%) avec 190,7 M€ et une hausse du taux de la taxe foncière de 4% prévue en 2011.

Manque à gagner de 22 M€ – La hausse de l’impôt foncier est « nécessaire pour financer l’accroissement de dépenses non compensé par l’Etat des trois allocations de solidarité », explique l’exécutif.
Le manque à gagner est évalué à 22 M€ sur un total de 75,44 pour le RSA, l’APA et la PCH.

Les dotations de l’Etat, gelées, représentent 115,5 M€ et les autres impôts/taxes, 125,6 M€. Ces derniers profitent notamment de la hausse des droits de mutation liée à la reprise immobilière, à 58 M€ (+ 21,8%).

– 7,2% pour les dépenses d’investissement – Les dépenses réelles d’investissement s’inscrivent à 135,62 M€, en baisse 7,2%, après trois années de soutien à l’économie et un record enregistré en 2008 (170 M€).

Les principaux secteurs d’intervention seront les routes (43,4 M€), le logement (20 M€), les collèges (23,5 M€).

Les dépenses seront financées principalement par l’emprunt (74 M€), l’autofinancement (14 M€) et les subventions d’équipement (30,7 M€).

+ 46,8 M€ pour l’encours de la dette – L’épargne brute devrait se stabiliser à 41,21 M€ tandis que l’encours de la dette devrait atteindre environ 464 M€ (+ 46,8 M€).

Le budget prévoit également une hausse des frais financiers à 13,3 M€ (+ 32%) en raison de la fin de prêts structurés à taux fixes et de risques de dérapage liés aux cours de changes.