Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Budget 2011

Ain : hausse de 4% de la taxe foncière « à cause des dépenses sociales non compensées »

Publié le 12/01/2011 • Par Claude Ferrero • dans : Actualité Club finances, Régions

Les conseillers généraux de l’Ain ont voté le 15 décembre dernier un budget primitif de 572,24 millions d’euros pour 2011, en baisse de 0,74% par rapport à 2010.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Les dépenses de fonctionnement s’établissent à 409,47 M€ (+ 3,3%), dont 114,4 pour les personnes âgées, 56,8 pour les personnes handicapées, et 84,38 pour les frais de personnels (+ 1,39%).
A noter : un gel de la dotation de fonctionnement au SDIS et une baisse des subventions.

Les recettes de fonctionnement atteignent 450,7 M€ (+ 3,8%), où la fiscalité directe représente le premier poste de ressources (42%) avec 190,7 M€ et une hausse du taux de la taxe foncière de 4% prévue en 2011.

Manque à gagner de 22 M€ – La hausse de l’impôt foncier est « nécessaire pour financer l’accroissement de dépenses non compensé par l’Etat des trois allocations de solidarité », explique l’exécutif.
Le manque à gagner est évalué à 22 M€ sur un total de 75,44 pour le RSA, l’APA et la PCH.

Les dotations de l’Etat, gelées, représentent 115,5 M€ et les autres impôts/taxes, 125,6 M€. Ces derniers profitent notamment de la hausse des droits de mutation liée à la reprise immobilière, à 58 M€ (+ 21,8%).

– 7,2% pour les dépenses d’investissement – Les dépenses réelles d’investissement s’inscrivent à 135,62 M€, en baisse 7,2%, après trois années de soutien à l’économie et un record enregistré en 2008 (170 M€).

Les principaux secteurs d’intervention seront les routes (43,4 M€), le logement (20 M€), les collèges (23,5 M€).

Les dépenses seront financées principalement par l’emprunt (74 M€), l’autofinancement (14 M€) et les subventions d’équipement (30,7 M€).

+ 46,8 M€ pour l’encours de la dette – L’épargne brute devrait se stabiliser à 41,21 M€ tandis que l’encours de la dette devrait atteindre environ 464 M€ (+ 46,8 M€).

Le budget prévoit également une hausse des frais financiers à 13,3 M€ (+ 32%) en raison de la fin de prêts structurés à taux fixes et de risques de dérapage liés aux cours de changes.

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Ain : hausse de 4% de la taxe foncière « à cause des dépenses sociales non compensées »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement