Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Budget 2011

Haute-Normandie : un budget en baisse pour la toute première fois

Publié le 12/01/2011 • Par Patrick Bottois • dans : Actualité Club finances, Régions

La Haute-Normandie adopte un budget 2011 de maintien de ses engagements, mais en baisse pour la première fois de son histoire.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

En baisse de 5% à 930,88 millions d’euros (M€) contre 978,46 M€ en crédits de paiement en 2010, le budget adopté le 6 décembre dernier par la région Haute-Normandie fera date.

« C’est la première fois depuis la création des régions que nous votons un budget aussi contraint », a commenté le président de la collectivité, Alain Le Vern, mettant en cause « la raréfaction des recettes, le gel des dotations de l’Etat et la perte d’autonomie fiscale des régions ».

« Mais les fruits de notre bonne gestion passée doivent nous permettre de respecter nos engagements en continuant de maîtriser les dépenses. Nous maintiendrons donc un taux d’investissement élevé sans creuser outre mesure la dette régionale. Les dépenses de fonctionnement seront une nouvelle fois gérées au plus juste, les priorités hiérarchisées et les engagements tenus », a-t-il tempéré.

– 19,15% pour les recettes d’investissement et + 3,08% pour le fonctionnement – L’exercice n’en restera pas moins un exercice d’équilibriste. Les recettes d’investissement affichant une chute de 19,15% à 283 M€ contre 351 M€ en 2010. Cependant que les recettes de fonctionnement sont en légère hausse, + 3,08% à 647 M€.

Pour leur part, les dépenses d’investissement diminuent de 6,4% à 426 M€ et celles de fonctionnement de 3,55% à 504,5 M€.

Globalement, 2011 verra ainsi une baisse légère des dépenses d’investissement dans l’enseignement et les transports.

L’enseignement toujours premier poste de dépenses – Malgré tout, l’enseignement reste le poste principal de la région (29% du budget soit près de 243 M€) et les transports bénéficient d’investissements conséquents (19% du budget pour 156,5 M€).

La formation professionnelle et l’apprentissage quant à eux représentent le deuxième poste d’investissement (24% du budget à 197,6 M€).

Concernant les frais de personnel, ils connaîtront une évolution purement mécanique de 3,5%, liée à l’effet du GVT (Glissement vieillissement technicité).

De son côté, la part de l’Etat dans les recettes de fonctionnement devrait représenter en 2011 255,63 M€, en baisse de 4%.

En revanche, dans les recettes d’investissement, elle devrait atteindre en 2011 37,34 M€ soit une hausse de 7%.

Concernant la fiscalité, la taxe sur les cartes grises, « qui est la dernière recette régionale sur laquelle la collectivité dispose du pouvoir de fixer un barème », est estimée à 54 M€ en 2011 contre 60 M€ en 2010. Cependant que la TIPP « part régionale » est appréciée à 20 M€ comme en 2010.

De plus en plus de retard dans les versements – Pour le reste, « la région est devenue totalement dépendante des dotations de l’Etat, avec des versements effectués avec de plus en plus de retard », a souligné le président.

Quant à l’endettement, la région poursuit sur la voie de la maîtrise (225 M€) et offre un ratio dit de capacité de désendettement de 1,14 an au 31 décembre 2009, l’un des plus bas de France.

L’emprunt d’équilibre s’élève quant à lui à 170,98 M€ en 2011 contre 235,95 M€ en 2010, soit une baisse de 27,54%.
Un choix délibéré de l’exécutif « dû à l’incertitude qui pèse sur l’évolution des recettes dans les années à venir. Celles-ci étant très probablement amenées à baisser, la position de la collectivité lui permettra de conserver son indépendance grâce à des recettes fiscales propres ».

129,29 euros de dette par habitant – Une gestion stricte du budget présentée comme permettant à la Haute-Normandie de figurer dans le peloton de tête des exécutifs régionaux les plus solvables : avec 129,29 euros de dette par habitant au 31 décembre 2009, c’est la 4e région la moins endettée par habitant.

Régions

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Haute-Normandie : un budget en baisse pour la toute première fois

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement