Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Fonction publique territoriale

Absentéisme : et s’il fallait surtout plus de management ?

Publié le 20/10/2017 • Par Isabelle Raynaud • dans : Actu expert santé social, France, Toute l'actu RH

absenteisme-bureau-Une
Phovoir
Trop de fonctionnaires ? La question a clairement été posée lors du congrès de l'Unccas. Le débat n'avait rien de nouveau, mais le secteur social, souvent accusé de coûter trop cher, voulait prendre part à la discussion.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Trop de fonctionnaires ou pas assez de management ? La question agite tous les services de la fonction publique. C’est pourquoi l’Union nationale des centres communaux et intercommunaux de l’action sociale (Unccas) a décidé d’en faire l’objet d’un débat lors de son congrès annuel, qui se déroulait les 17 et 18 octobre 2017.

« A force d’entendre que ce sont forcément les collectivités territoriales les plus mal gérées, les agents ont l’impression d’être des boucs émissaires. Et les CCAS ont l’impression, dans les mairies, d’être les boucs émissaires des boucs émissaires », a expliqué Benoît Calmels, délégué général de l’Unccas.

Etaient invités à débattre Jean-René Moreau, président de l’Observatoire social territorial, administrateur national de la MNT, Philippe Laurent, maire de Sceaux ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec le dossier

2 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Absentéisme : et s’il fallait surtout plus de management ?

Votre e-mail ne sera pas publié

ssrw38

20/10/2017 10h50

« « une gestion morale qui fait appel à l’éthique ». Dans la gestion des RH, il souligne l’importance de la notion de relations humaines, la nécessité de « l’attention à l’autre ». »
ainsi il était nécessaire de le rappeler, de l’écrire ! Pôvre de moi, qui imaginait qu’il s’agissait là des bases des Ressources Humaines ! Après tout il y a bien le mot Humaines accolé à Ressources et ce vocable ressource ‘ ne désigne pas que les moyens financiers.

Vanmeulebroucke Guy

23/10/2017 10h48

Bonjour,

Tout ceux qui suivent l’actualité savent que Mme Agnès Verdier-Molinié est une inconditionnelle partisane de la gestion publique.Certes,diplômée de haut niveau à la science infuse,elle a oubliée sans doute de lire en particulier la fiche sur la fonction « d’aide à domicile »rappeler ci-dessous :

…L’aide à domicile : Accompagner le quotidien

Une fois au domicile de l’usager, l’aide à domicile s’occupe de :

l’entretien de l’habitation en effectuant diverses tâches ménagères : lavage des sols, vaisselle, poussière, lessive, repassage… ;

la préparation des repas, depuis la réalisation des courses jusqu’à l’aide à la prise des repas ;
l’assistance physique de certaines tâches quotidiennes telles que le lever, le coucher, l’hygiène personnelle, l’habillage, l’accompagnement aux WC…
Grâce à cet appui logistique et physique, la personne peut rester à son domicile tant que son état de santé ne nécessite pas un suivi médicalisé.

L’aide à domicile apporte également un soutien psychologique à la personne en favorisant le lien social par l’écoute, le dialogue, la participation à des activités… Cette présence permet de rompre la solitude des personnes âgées ou de « soulager » les familles dans la prise en charge de leurs ayants-droits.

Ce professionnel assure aussi le lien et le suivi d’informations avec les autres prestataires de l’aide à domicile (infirmière libérale, assistante sociale, coordinatrice MDPH…)…..

Chaque fonction a des particularités propres mais il faut rappeler à cette spécialiste que concernant la fonction « d’aide à domicile »elles sont nombreuses avec l’ancienneté et l’âge à avoir des problèmes de TMS et autres et qui pour exercer sont traiter aussi à la cortisone et autres traitements sans parler des séances chez les kinés après le boulot….

Afin d’étayer ses points de vus,je conseille à Mme la Directrice de l’Ifrap de venir passer six mois avec ces « aides » paraient -ils dispensables…au profit du privé (???) peut être qu’au bout du rouleau aura t-elle une opinion plus ..nuancée???

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement