Biodiversité

Le label « rivière sauvages » gagne encore du terrain en France

| Mis à jour le 23/10/2017
Par • Club : Club Techni.Cités

crédits : Samuel Juon

Le 20 octobre, la rivière du Léguer (22) se verra décerner officiellement le label national "Site Rivières Sauvages". C’est, avec la Grande Leyre (33), les deux dernières labellisations et les seules de l’Ouest. Pour la première fois, la démarche est portée par une communauté de communes. Présentation de ce label très sélectif et de ses atouts pour les collectivités.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Il prend sa source dans la campagne des Côtes d’Armor, Le Léguer est le douzième cours d’eau à obtenir la distinction « Rivière sauvage ». Ce label reconnaît la biodiversité rare des derniers cours d’eau à très haute valeur environnementale, ainsi que l’engagement volontaire des communautés riveraines à les protéger. Très peu de rivières peuvent y prétendre. La grande majorité d’entre elles se situe en montagne.

Valoriser un patrimoine remarquable

Son objectif est de protéger ces cours d’eau remarquables qui ne bénéficient à ce jour d’aucune protection réglementaire suffisamment forte ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Techni.Cités pendant 30 jours

J’en profite
Commentaires

1  |  réagir

28/08/2018 12h33 - JIM32

Le label « Rivières Sauvages » est vendu par une ONG d’extrême gauche écolo dont le président R.EPPLE est payé directement par le lobby vert Suisse. Les collectivités qui adhèrent sont facturées au prix fort pour les droits d’entrée (7000) et le « suivi » (2500/an), plus diverses opérations dites de conseil faisant objet d’un devis (Miam…Miam…)… Vous aurez donc compris, puisque ce label ne sert à rien, qu’il s’agit d’un financement occulte de partis écolos Européen par nos collectivités locales dont les présidents sont surement complices et sympathisants. Pire, dans le cadre du PNR des Landes, ce PNR est déficitaire et ce sont les Communes adhérentes qui renflouent ses caisses chaque année, avec l’argent du contribuable local. Nos amis Landais et Girondins seront donc heureux de savoir que le PNR des Landes fait l’entremetteur avec leur pognon pour aller le filer à des partis que nous ne voulons même plus en France. Merci à nos impôts ! On n’a plus d’argent dans nos caisses, et voilà où ça part. C’est un scandale régional qui doit cesser et ceux qui ont contractés avec « Rivières Sauvages » doivent être poursuivis.

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Canicule : les villes contre-attaquent

    Après une première vague de chaleur étouffante fin juin, un nouvel épisode caniculaire a fait son apparition avec un flux d’air chaud en provenance de la péninsule ibérique. Face à ce pic caniculaire, les villes peuvent agir pour accompagner, entre autres, les ...

  • Gérer les boues d’épuration à l’échelle d’un territoire

    Rennes Métropole est un territoire dynamique où la production de boues d’épuration ne cesse d’augmenter. Or, l’essentiel des capacités d’épandage est mobilisé par l’activité d’élevage agricole. Concilier développement et limite du territoire, tel ...

  • Après un grand débat réussi sur la transition énergétique, place aux actes !

    Nantes métropole a organisé un grand débat citoyen consacré à la transition énergétique pour construire avec les administrés une stratégie. L’objectif était de mobiliser tous les acteurs de la société civile (citoyens, associations, acteurs ...

  • Comment les collectivités veulent passer au bio et au local

    Dans la restauration collective, l'approvisionnement en bio croît plus vite que le marché. Les acheteurs doivent donc se rendre sur le terrain et multiplier les partenariats pour faire entrer cette offre haut de gamme dans leurs contraintes. ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP