Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Budget 2011

Solidarité, innovation et écologie, priorités d’investissement pour la Basse-Normandie

Publié le 11/01/2011 • Par Géraldine Lebourgeois • dans : Actualité Club finances, Régions

Les conseillers régionaux de Basse-Normandie ont adopté, le 16 décembre, un budget primitif 2011 de 647 millions d’euros, en augmentation d’1 % par rapport au budget 2010.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le budget présenté le 16 décembre prévoit 205 millions d’euros d’investissements et 405 millions de fonctionnement. Un budget d’un montant total de 647 millions adopté par la majorité régionale ; les groupes UMP et Centre ont voté contre.

Les dépenses vont en priorité à :

  • la formation professionnelle et l’apprentissage : 158 millions (24%) ;
  • l’éducation et l’enseignement supérieur : 145 millions (22%) ;
  • les transports : 116 millions (18%) ;
  • les services généraux : 91 millions (14%) ;
  • l’action économique, la recherche et l’innovation : 63 millions (10%).

« Nous voulons défendre le pouvoir d’achat des Bas-Normands dans les domaines de compétence qui sont les nôtres. Nous ne sacrifierons pas ces dépenses de solidarité », a argumenté le président du conseil régional de Basse-Normandie, Laurent Beauvais.

En section Fonctionnement, les recettes réelles augmentent de 1%, passant de 505 à 510 millions d’euros au budget 2011. Les dépenses réelles restent stables, à 415 millions d’euros.
Le conseil régional se félicite d’une « situation financière saine », où sont maîtrisées les dépenses de fonctionnement « tout en maintenant la qualité des services publics régionaux ».

Des améliorations sur les réseaux TER sont au programme, le doublement des investissements dans les centres de formation des apprentis (ils passent à 10 millions d’euros), la poursuite des efforts en matière de formation des demandeurs d’emplois (37 millions d’euros), d’équipement haut débit des lycées, d’aides aux agriculteurs, de soutien aux énergies renouvelables…

Les recettes de fonctionnement, en application de la réforme fiscale, sont issues de :

  • dotations de l’Etat : 371 millions d’euros (+21,2%) ;
  • CVAE + IFER (en remplacement de la TP) : 85 millions d’euros ;
  • Cartes grises, maintenues au tarif de 29,73 €/cv : 36millions d’euros (+16,1%) ;
  • Europe : 19 millions d’euros ;
  • TIPP : 17 millions d’euros (-5,6%) ;
  • Divers : 20 millions d’euros.

L’emprunt affiche 99 millions d’euros, soit 15% des recettes au BP 2011.

+1,9 % en dépenses de personnel – En section Investissement, le conseil régional de Basse-Normandie vote au budget 2011 des recettes de 137 millions d’euros (+0,7% par rapport à 2010) et des dépenses de 232 millions d’euros (+2,7%).
Hors dette, ces dépenses sont de 205 millions d’euros (-4,7% par rapport à 2010). Les dépenses de personnel prises en particulier affichent 76 millions d’euros au BP 2011, pour 75 millions d’euros en 2010, soit une hausse de 1,9%.

L’épargne s’élève à 95 millions d’euros (+5,6%). La collectivité met aussi ce faible endettement en avant : « La région Basse-Normandie occupe le 6ème rang des régions françaises les moins endettées, et cela malgré le gel des dotations de l’Etat et de la réforme de la taxe professionnelle. Le manque à gagner s’élève à 36 millions d’euros. En maîtrisant notre endettement, nous préservons la capacité à assurer le financement d’un projet majeur dans les années à venir : la ligne à Grande vitesse entre Paris et Caen. », déclare la région.

Régions

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Solidarité, innovation et écologie, priorités d’investissement pour la Basse-Normandie

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement