logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/529251/elus-et-experts-sopposent-sur-la-necessite-des-lignes-du-grand-paris-express/

TRANSPORTS FERROVIAIRES
Elus et experts s’opposent sur la nécessité des lignes du Grand-Paris Express
Nathalie Da Cruz | Régions | Publié le 13/10/2017 | Mis à jour le 16/10/2017

Une centaine d'élus du Nord francilien (Val-d'Oise, Seine-Saint-Denis et Seine-et-Marne) ont manifesté devant l'hôtel Matignon, à Paris, le 12 octobre. La raison ? Le gouvernement envisagerait de revoir à la baisse le projet de super-métro « Grand Paris Express » censé améliorer les déplacements en Ile-de-France. Les lignes 16, 17 et 18 pourraient en faire les frais. Pour certains experts et l'association des usagers d'Ile-de-France, ces lignes, dont les prévisions de fréquentation sont faibles, n'ont pas leur raison d'être.

gpe2Environ deux cents personnes étaient présentes le jeudi 12 octobre à proximité de l’hôtel Matignon  dont elles ont été tenues à une bonne distance par un cordon de policiers. Une floppée d’écharpes tricolores, mais aussi des citoyens, des acteurs économiques, des élus parlementaires… « Le Grand Roissy mérite la ligne 17 », lisait-on sur une grande une banderole. La ligne 17, qui ira du Bourget (Seine-Saint-Denis) au Mesnil-Amelot, en Seine-et-Marne, après l’aéroport de Roissy, est en effet considérée par les élus comme vitale pour le territoire.

ligne 17c

Problème : « deux scenarii se profilent pour la ligne 17 : le report de sa mise en œuvre en 2030-2035, soit aux calendes grecques ; ou son abandon pur et simple », s’alarme Mathieu Montès, premier adjoint au maire de Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis). Et ce pour des raisons financières : les travaux du Grand Paris Express coûtent plus cher que prévu ».

Selon Les Echos [1], les études techniques parallèles aux premiers chantiers « se précisent et débouchent sur des surcoûts courants dans ce type de projet ». A quoi s’ajoutent des demandes supplémentaires d’élus et de la région pour modifier le plan du réseau. « De 26 milliards d’euros au départ, la facture pourrait atteindre 28 à 35 milliards ».

« L’Est francilien va encore trinquer ! »