Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances locales

Politique de la ville : les maires souhaitent que l’État « tienne parole »

Publié le 26/09/2017 • Par Pascale Tessier • dans : A la Une finances, Actu experts finances

financesdanger
© Schlierner - Fotolia.com
Après la fin des contrats aidés, la réduction des aides à la politique de la ville est la goutte de trop sur le dos des quartiers sensibles. A Chanteloup-les-Vignes, le maire ne remboursera pas les sommes versées que l’État lui réclame. A Évreux et Pantin, élus ou associations n’écartent pas l’idée d’aller devant le tribunal administratif !

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Bien que toutes les communes n’aient pas encore été notifiées, l’annonce estivale de la réduction des aides à la politique de la ville inquiète l’ensemble des bénéficiaires. C’est le cas de Catherine Arenou, maire (LR) de Chanteloup-les-vignes (Yvelines, 10 200 hab.), où la cité de la Noé des années 1970 nécessite une vigilance soutenue. L’accent y a été mis sur « une véritable action de prévention primaire » dont une opération Sport et prévention qui – moyennant une participation des familles de 2,50 euros par semaine et par enfant – propose des activités pendant les vacances scolaires.

En juin, le préfet s’est engagé à hauteur « de 21 000 euros au titre de la politique de la ville et 4 500 euros dans le cadre d‘autres dispositifs, pour un coût ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Politique de la ville : les maires souhaitent que l’État « tienne parole »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement