logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/52452/aurelie-boullet-auteure-dun-brulot-anti-fpt-de-retour-a-la-region-aquitaine/

FONCTION PUBLIQUE
Aurélie Boullet, auteure d’un brûlot anti FPT, de retour à la région Aquitaine
Karine Ménégo | A la une | France | Publié le 03/01/2011

Chargée de mission au service Europe et international avant sa suspension, Aurélie Boullet-Zoé Shepard réintègre la région aquitaine ce lundi 3 janvier 2011 pour étudier l'impact du grand emprunt et des normes européennes sur l'activité économique régionale.

Aurélie Boullet, auteure du brûlot "Absolument dé-bor-dée ! ou le paradoxe du fonctionnaire", sous le pseudonyme de Zoé Shepard. [1]

Aurélie Boullet, auteure du brûlot "Absolument dé-bor-dée ! ou le paradoxe du fonctionnaire", sous le pseudonyme de Zoé Shepard.

Après l’annonce de sa suspension pour quatre mois le 30 août 2010, Aurélie Boullet a rencontré une seconde fois le président de la région Aquitaine, Alain Rousset (PS), le jeudi 23 décembre 2010 en début de soirée.
Si son DGS affirmait le 17 décembre « étudier plusieurs propositions, même si juridiquement on ne peut refuser sa réintégration aux affaire internationales si elle le souhaite», l’intéressée déclare s’être vu proposer « un seul poste : chargée de mission pour rédiger des notes de synthèse quant à l’impact sur les entreprises régionales du grand emprunt et des normes européennes, sous la houlette du chargé de mission du DGS ». Une offre qualifiée d’« intéressante» par cette administratrice trentenaire, qui attendait toutefois de recevoir la fiche de poste associée pour s’exprimer plus précisément sur ses futures fonctions.

« Humainement, je ne pouvais pas réintégrer les affaires internationales, notamment parce que cinq personnes qui se croyaient caricaturées dans mon livre m’ont dénigrée publiquement », poursuit l’auteure du brûlot « Absolument dé-bo-dée ! ou le paradoxe du fonctionnaire » barré d’un bandeau provocateur « Comment faire les 35 heures en… un mois ! ». L’ouvrage, signé sous le pseudonyme de Zoé Shepard, dénonçait les travers de la fonction publique. Il s’est écoulé à 185 000 exemplaires entre mars et décembre 2010.

« Blacklistée » – A trente ans, Aurélie Boullet, rentre dans le club des auteurs de best sellers : son livre sortira en édition Poche en avril 2011, au moment même où elle percevra autour de 500 000 € de droits d’auteur. « Je vais payer mes impôts et solder mon crédit immobilier avec cet argent. Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve : je suis blacklistée dans les collectivités ; de ce fait, je crains que cette situation d’entre-deux à la région ne dure… », déclare-t-elle.

« Je ne vais pas la recevoir le 3 janvier, pas plus que les deux autres fonctionnaires qui arrivent à la région ce jour-là. Nous avons des responsables RH pour cela », lâche son DGS, Jean-Luc Mercadié, chez qui le sujet Zoé Shépard-Aurélie Boullet reste sensible, le tribunal administratif de Bordeaux n’ayant pas encore jugé sur le fond la plainte pour excès de pouvoir déposée par cette dernière en septembre 2010.

La parution de son ouvrage avait suscité une tempête de réactions, certains dénonçant une mise en cause manichéenne et injuste de la fonction publique, d’autres au contraire saluant le courage d’une jeune fonctionnaire qui osait dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. La sanction reçue par Aurélie Boullet-Zoé Shepard avait également reposé la question de la liberté d’expression des fonctionnaires.

POUR ALLER PLUS LOIN