logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/520777/le-crowdsourcing-incite-a-regulierement-sadapter-tatiana-de-feraudy-chercheure-a-liddri/

[INTERVIEW] CROWDSOURCING
« Le crowdsourcing incite à régulièrement s’adapter » – Tatiana de Feraudy chercheure à l’Iddri
Claire Chevrier | France | Innovations et Territoires | Publié le 08/09/2017 | Mis à jour le 27/09/2017

Les collectivités n’en sont qu’au stade de l’expérimentation en matière de collecte de données auprès des citoyens, souligne Tatiana de Feraudy, chercheure à l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri).

tatiana-de-feraudy

Tatiana de Feraudy, chercheure à l’Institut du développement durable et des relations internationales

Depuis fin 2015, Tatiana de Feraudy travaille sur les nouvelles données qui irriguent les villes. Son objectif est de comprendre comment ces données peuvent aider les projets de développement durable et en quoi elles permettent de positionner le citoyen différemment. En févier dernier, elle a publié, avec Mathieu Saujot, l’étude « Une ville plus contributive et durable : crowdsourcing urbain et participation citoyenne numérique » (1) [1].

Comment définissez-vous le crowdsourcing urbain ?

Le crowdsourcing urbain regroupe toutes les initiatives qui utilisent le numérique pour collecter des données qui sont attachées à un territoire. Cela concerne les centres urbains mais aussi les territoires qui sont en lien avec la ville.

Les données consistent en une mesure brute comme la qualité de l’air, ou des photos, mais cela peut être aussi plus complexe comme demander les attentes, les préférences du citoyen, ses projets… Nous nous intéressons au crowdsourcing actif, qui implique un engagement volontaire du citoyen et non aux données provenant de capteurs.

Il existe différents types d’usages…

Grâce à des outils de signalement, comme FixMyStreet, le citoyen informe la collectivité de dysfonctionnements sur des espaces publics, envoie une photo, un commentaire. C’est une interaction directe. Via le crowdsourcing, une collectivité peut aussi collecter des données qu’il serait trop coûteux de recenser par les moyens traditionnels ; par exemple, demander à la communauté des cyclistes les stationnements publics et privés qu’ils utilisent et où ils souhaiteraient de nouveaux emplacements. Là, nous sommes dans des logiques de recensement et de cartographie du territoire. C’est aussi un moyen de mieux comprendre les

CHIFFRES CLES

Agenda - Evénément

Participation citoyenne et numérique : pour aller plus loin, rendez-vous au Forum numérique des collectivités locales, organisé par La Gazette des communes, le 16 novembre prochain à Paris.

Programme et inscription ici.


POUR ALLER PLUS LOIN