Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Délégation de services publics

Entre économies et performance, le modèle des DSP profondément bousculé (2/5)

Publié le 31/08/2017 • Par Fabienne Nedey • dans : actus experts technique, France

VEOLIA-assainissement
Rodolphe Escher
D’un secteur à l’autre, les délégations de service public (DSP) connaissent des contextes bien différents qu’il s’agisse des types d’acteurs, des modèles économiques ou du niveau de rentabilité. Mais tous sont traversés par des courants convergents.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Un premier constat s’impose : le seuil de rémunération des délégataires est globalement tombé assez bas. En particulier dans le domaine de l’eau, l’une des activités où la gestion déléguée est la plus présente. « Les contrats signés ces dernières années se caractérisent par un écrasement des marges des opérateurs, confirme Nicolas Crinquant, directeur du département “environnement” au cabinet Espelia (1). Les marges pouvaient atteindre par le passé 15 % sur certaines délégations de service public que nous avons auditées. Aujourd’hui, elles sont en moyenne de 1 à 2 %, avec un plafond à 5 %. »

Low cost dans les transports

Les raisons de cette évolution sont multiples. Les contrats sont plus courts et donc plus souvent renégociés. La concurrence s’est accrue et les « baronnies », ces zones où un seul opérateur détenait tous les contrats, sont en voie de disparition. Et les collectivités, appuyées par des conseils aguerris, négocient âprement.

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Les préalables à la certification des comptes des collectivités locales

de Experts Comptables

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Entre économies et performance, le modèle des DSP profondément bousculé (2/5)

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement