Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Baisse des APL

La baisse généralisée des APL, une solution de facilité ?

Publié le 24/07/2017 • Par Delphine Gerbeau • dans : A la une, Actu expert santé social, France

Argent Skitter Photo
D.R.
Le Gouvernement a annoncé le 22 juillet la baisse généralisée des aides personnelles au logement au 1er octobre prochain : chaque ménage allocataire verra son allocation mensuelle baisser de cinq euros. Une annonce qui surprend et qui choque, alors que différents rapports avaient déjà proposé d'autres pistes de réforme.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’audit annuel de la Cour des comptes sur la situation et les perspectives des finances publiques, rendu public le 29 juin dernier, annonçait la couleur. Dans la partie consacrée aux leviers d’action pour améliorer l’efficience des politiques publiques, un chapitre est consacré à la politique du logement, et notamment aux aides personnelles au logement.

Le 22 juillet, le Ministère de la Cohésion des territoires a donc annoncé une baisse uniforme de 5 euros par ménage, dans la vague d’économies budgétaires décidées sous le quinquennat précédent. La loi de finances 2016 avait en effet amené quelques modifications dans les conditions d’attribution, comme la prise en compte du patrimoine des nouveaux allocataires au delà de 30 000 euros. Elle avait également prévu ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite
5 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Acteurs publics, comment optimiser vos dépenses informatiques grâce au cloud ?

de Capgemini

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La baisse généralisée des APL, une solution de facilité ?

Votre e-mail ne sera pas publié

bazane

25/07/2017 09h15

Assez de démagogie.
Quand les allocataires supprimeront de leur reste à vivre les cigarettes, le renouvellement de leur smartphone et l’abonnement aux chaînes de télé sportives on pourra effectivement considérer qu’ils sont en difficulté

El Bicho

25/07/2017 02h08

Les pauvres te remercient pour ces conseils avisés. Je pense que d’où tu parles les choses doivent paraître tellement simple.

Murakami

25/07/2017 09h53

Les aides au logement comme les remboursements des mutuelles avec l’optique participent au montant élevés des loyers et des frais d’optique. Certains opticiens demandent à quelle mutuelle vous êtes affilié pour vous proposer des lunettes adaptées à votre budget.
De même, pourquoi ne pas demander un effort aux propriétaires , un acte de civisme ou de solidarité, baisser leur loyer de 5 euros pour participer à l’effort collectif de redressement des comptes publics? Nous sommes, en effet, dans une situation financière catastrophique et baisser les aides diverses et variées n’est pas choquant. Il faudrait simplement partir du principe que l’on ne peut pas dépenser ce que l’on n’a pas en période de vaches maigres et augmenter en période d’opulence, programmer les dépenses et ajuster en fonction des dépassements et des excédents d’une année sur l’autre.

Pas mal

25/07/2017 10h20

pas mal cet article. Il met bien en avant certaines problématiques mais on peut aussi s’interroger sur la pertinence de certains propos: est-il vrai que les personnes sous le seuil de pauvreté payent des impôts?

Ce n’est pas ma lecture des textes.

mais comme toujours, on oublie un point particulièrement; celui des taxes foncières et les impôts et taxes soulevés par l’Etat.
Ces taxes représentent sur certains territoires jusqu’à 30 % du montant des loyers perçus auxquelles il faut ajouter un CSG (+ CRDS) de 15,3 %, soit près du double de ce qui est prélevé sur les salaires.
Enfin pour terminer n’oublions pas la taxe sur les revenus locatifs bruts de 2,5 % que se doivent de payer les Sociétés Civiles Immobilières.

J’ai eu l’occasion de lire des rapports de Chambres Régionales des Comptes affirmant que dans certains territoires la taxe foncière « plombait » les comptes du logement HLM!
Si des Chambres l’affirment, il y a certainement un élément rarement pris en compte dans les commentaires.

Pour conclure, disons qu’il serait souhaitable d’avoir une image exhaustive de la question du logement et de son coût pour les finances publiques afin qu’un vrai débat puisse vraiment se mettre en place.

nimois

25/07/2017 03h05

valait pas voter macron les LR

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement