Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Fonction publique

Précarité : les employeurs territoriaux en marge des négociations

Publié le 20/12/2010 • Par Virginie Fauvel • dans : A la une, A la une emploi, France, Toute l'actu RH

Bureau chaise vide
Getty Images
Ecartés de la concertation sur la précarité qui doit débuter en janvier 2011 entre Georges Tron et les syndicats, les principaux employeurs territoriaux que sont l’AMF, l’ADF et l’ARF s’en offusquent. Mais, interrogés par La Gazette, ils préfèrent rester évasifs quant à leurs positions sur la délicate question de la précarité, qui touche au statut de la fonction publique.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

La fonction publique territoriale (FPT) détient pourtant le taux record d’agents non titulaire : 20% en 2007, contre 13% dans la FPE et la FPH. Interrogés par la Gazette, les employeurs territoriaux hésitent ou refusent de donner leurs avis sur le fonds du dossier, l’une des pistes sérieuse du gouvernement étant d’étendre les possibilités de recours aux CDI.

L’ADF dit « n’avoir pas de position ». Et ce, tant qu’elle n’aura pas été conviée par le ministère à la table des négociations. « Ce qu’on pressent dans l’intention du gouvernement, c’est de faire du recours aux contractuels, un mode non plus dérogatoire mais complémentaire », analyse cependant Frédéric Eon chargé de mission de l’ADF.

A l’AMF, la présidente du groupe de travail FPT, Françoise Descamp-Crosnier, considère que « le statut doit être modernisé mais [qu’elle] s’opposera à l’introduction « d’un statut light ». Elle signale aussi qu’un groupe de travail ad hoc a été créé au CSFPT depuis avril 2010. Il devrait rendre un rapport en avril 2011. A priori, trop tard pour pouvoir être pris en compte par le gouvernement.

Pour l’ARF, les CDI ne devraient pas entrer dans le débat

L’ARF se distingue des deux autres associations car moins hostile aux CDI dans la fonction publique. Pour Michel Yahiel, délégué général de l’ARF, les vacataires sont les véritables précaires et les CDI ne devraient pas entrer dans le débat. « Attention, un CDI, ce n’est pas la panacée, mais il y a une stabilité. La question que soulève le CDI est à mettre sur un plan autre, celle du déroulement de carrière ». 

A l’inverse, pour l’AMF comme pour l’ADF, « tous ceux qui ne sont pas titulaires » entrent dans le champ de la précarité.

Côté ministère, le périmètre de la réflexion semble à peu près défini dans un document de travail du 22 juin 2010. Seraient exclus du débat  :

  • vacataires,
  • CDD aux profils spécifiques,
  • et contrats aidés.

Une note du ministère dresse un bilan négatif

Une note du ministère du Travail, de la solidarité et de la fonction publique, publiée du 22 juin 2010 dresse une liste impressionante des problèmes soulevés par le statut des agents non-titulaires de la fonction publique. Ce document, validé par les partenaires sociaux, est censé constituer une base de départ pour la concertation qui doit débuter en janvier 2011.
Il est ainsi noté que « les 16 plans de titularisation, le premier dès 1950, ont eu une « réussite contestable ». « Le CDI est une réponse encore imparfaite, tant pour les intéressés que pour l’administration », résume le document.
Concernant le recours aux non-titulaires, il ressort que :

  • « Les cas de recours au contrat sont mal définis »,
  • « Les modalités de recrutement sont laissés à la main des administrations »,
  • « Les pratiques de renouvellement des CDD sont mal encadrées »,
  • « Les conditions d’accès au CDI sont interprétées de manière inégale d’une administration à l’autre »,

Concernant les conditions d’emploi :

  • « Les nouveaux droits (mobilité, évaluation, formation professionnelle, etc.) sont assez peu mis en pratique »,
  • « Les conditions d’accès à l’emploi titulaire ne prennent pas suffisamment en compte l’expérience professionnelle des agents ».

La note soulève par ailleurs une série de questions qui laissent entrevoir les pistes privilégiées par le gouvernement : 

  • « Est-il normal de réserver les contrats donnant vocation à CDIsation aux seuls emplois de catégorie A ? »
  • « Comment traiter la situation des emplois contractuels de catégories B et C ? »
  • « Comment articuler ces cas de recours avec les nouveaux cas introduits par la LMPP (remplacement, vacance temporaire d’emploi, intérim) ? »
  • « Faut-il prévoir de nouveaux cas de recours ? »

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

2 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Précarité : les employeurs territoriaux en marge des négociations

Votre e-mail ne sera pas publié

Carolax

21/12/2010 06h12

Bonjour,

Quelqu’un peut definir ce que sont les CDD aux profils specifiques ?
Merci par avance

ALIMAS

28/12/2010 03h29

(09A235A01). POURQUOI LES EMPLOYEURS TERRITORIAUX SONT-ILS EN MARGE DES NÉGOCIATIONS ? Tout simplement parce que si vous demandez à la dinde de faire le menu de Noël, elle ne va pas être enthousiaste ! Vous savez, en fait, ce qui cloche dans cette approche de négociation, c’est que la personne civile dans sa fonction professionnelle publique voudrait à la fois, être dans la rue et à la fenêtre en train de se regarder passer ! C’est incompatible ! La fonction publique s’est auto-proclamée gestionnaire de ses besoins et des ressources capables de les satisfaire. Étant à l’origine de ses propres statuts, privilèges, avantages, etc. … paradoxalement, elle devient la victime toute désignée pour être le bouc émissaire des malheurs de la France. Elle est arrivée à saturation des dépenses de fonctionnement et d’équipement acceptables et possibles. Pour faire court, la seule façon de sortir dignement du système, c’est soit de restreindre drastiquement ses besoins et ressources, soit d’abandonner progressivement le statut de fonctionnaire et de le remplacer par les mêmes règles que le privé.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement