Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Le mot du social

La gouvernance

Publié le 12/02/2019 • Par Nathalie Levray • dans : Actu Santé Social

NATHALIE_LEVRAY
D.R.
Par son étymologie latine, gubernare, diriger un navire, la gouvernance renvoie à « l’art ou la manière de gouverner », rappelle Robert Joumard.

Précurseur, Platon l’utilise pour désigner le fait de gouverner les hommes. Le terme est utilisé au Moyen-Âge sous cette acception, avant d’être délaissé en raison de sa connotation Ancien régime.

Réapparue avec le vocabulaire anglo-saxon du management des entreprises dans les années 1930, la gouvernance revient, trente ans plus tard, au dictionnaire des mouvements sociaux urbains participatifs et de l’autogestion. Puis, porté par l’idéologie de la modernisation de la gestion publique, le mot gagne le champ lexical courant des années 1990.

Encouragée au nom de la complexité du monde et du déficit démocratique, s’appuyant sur des experts, élites du savoir ou notables, la gouvernance, considère Robert Joumard, oblitère « les notions si peu gratifiantes pour le public de gouvernement ou d’autorité publique ». Son usage marque une « distinction avec le gouvernement en tant qu’institution » et « prom[eut] un nouveau mode de gestion des affaires publiques fondé sur la participation de la société civile à tous les niveaux ».

Pour John Pitseys, c’est « un terme alternatif, qui situe le pouvoir dans un lieu d’échange à l’intersection de la sphère économique, la sphère publique et la sphère associative ». Cette technique de gestion sociale actualise et généralise « toutes les formes de concertation et de débat public », et bouscule « la représentation et la délégation dans les systèmes parlementaires modernes » (Jean-Pierre Gaudin).

Avec Pierre Calame, « il n’est, au XXIe siècle, de gouvernance que mondiale ». Cette approche « se définit par des objectifs, des principes éthiques et des dispositifs concrets de travail » pour organiser dans le temps la mise en œuvre et la correction des politiques publiques. La gouvernance témoigne alors de « processus par lesquels, de loin en loin, la communauté se refonde elle-même ».

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

PLFSS 2022 : qu’est-ce qui change pour les collectivités ?

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La gouvernance

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement