Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Aménagement du territoire

Déserts médicaux, réduction du nombre d’élus : Mézard veut déminer le terrain

Publié le 26/07/2017 • Par Julie Clair-Robelet • dans : Actu expert santé social, France

Jacques Mézard au Sénat, mardi 25 juillet 2017
Jacques Mézard au Sénat, mardi 25 juillet 2017 Capture d'écran Sénat
Couverture numérique, désertification médicale, réduction du nombre d'élus... Pour sa première audition devant les sénateurs de la commission de l'Aménagement du territoire, mardi 25 juillet, le ministre de la Cohésion des territoires a présenté la feuille de route de son ministère. Jacques Mézard a également tenté de répondre aux nombreuses interrogations soulevées par la Conférence nationale des territoires.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Nous ne souhaitons pas recommencer un big bang territorial, car nos collègues élus locaux sont, je crois, lassés de ces réformes à répétition », a affirmé le ministre de la Cohésion des territoires devant la commission sénatoriale de l’Aménagement du territoire et du Développement durable.

Face à l’inquiétude de certains élus suite aux annonces faites lors de la Conférence nationale des territoires, Jacques Mézard a tenté de déminer le terrain, sans toutefois parvenir à donner de réponse très précise.

  • Conférence des territoires : les annonces-surprises d’Emmanuel Macron
  • La colère des élus après les annonces d’Emmanuel Macron

Une Agence pour la cohésion des territoires aux contours flous

Ainsi, concernant l’Agence nationale pour la cohésion des ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite
3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Déserts médicaux, réduction du nombre d’élus : Mézard veut déminer le terrain

Votre e-mail ne sera pas publié

pov citoyen

27/07/2017 09h49

Moi j’ai une proposition: supprimons le sénat qui ne sert à rien (sauf à entretenir le palais du Luxembourg et ses jardins, mais qui coute une fortune); cela aidera à régler le pb des déserts médicaux par des médecins (et autres) français et ne coutera rien à l’Etat; à part les nantis du sénat, mais je n’en suis pas attristé, qui s’en plaindra….?
Voilà une proposition de réduction des élus qui tient la route.

manava22

27/07/2017 11h15

au contraire conservons le Sénat qui est un contrepouvoir important et qui défend les collectivités mais diminuons en le nombre d’élus ! la constitution de 1958 a consacré un parlement bicarméral ; relisez cette constitution : les sénateurs tiennent un rôle très important ; ils représentent les électeurs de l’étranger…

pov citoyen

27/07/2017 11h38

Bonjour,
OK on garde les 2 chambres, mais on divise le nombre par 2; on reste bicaméral, mais dans un seul logement; on met ce petit monde au régime général des retraites, on leur met 3 jours de carence, pas de cumul tout confondu (hors frais justifiés et planifiés) avec d’autres activités privés ou publiques ou retraites (on ne peut faire plusieurs métiers en même temps que parlementaire ou alors c’est que parlementaire est un petit boulot accessoire), ils payent leur restaurant et leur coiffeur, ils vont en prison quand ils le méritent (où en sont nos amis Balkany pendant que j’y suis?), ….
Dans ces conditions, je suis prêt à quelques concessions.
Bien à vous.

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement