logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/512687/comment-lutter-efficacement-contre-la-fracture-numerique-avec-une-offre-internet-en-hlm/

SOCIAL
Comment lutter efficacement contre la fracture numérique avec une offre internet en HLM
Adeline Farge | Innovations et Territoires | Régions | Publié le 07/07/2017 | Mis à jour le 05/07/2017

Face au coût du numérique et à la dématérialisation des services publics, les plus précaires ont des difficultés à faire valoir leurs droits.Grâce au programme brestois, les locataires de HLM bénéficient d’une connexion internet, d’un ordinateur à bas coût et d’un accompagnement.Brest métropole habitat a négocié un abonnement peu cher avec un opérateur et une association fournit des ordinateurs recyclés à petits prix.

Cadenas_sur_ecran

[Brest métropole (Finistère) 213 000 hab.] Déclarer ses impôts, prendre rendez-vous à la caisse d’allocations familiales, activer ses droits au chômage… Toutes ces démarches administratives se font désormais sur la Toile. Pour ne pas pénaliser les Français éloignés des usages numériques, Brest métropole a lancé en 2009 le programme « Internet pour tous en habitat social ». Progressivement, il a été adopté dans huit secteurs de Brest, couvrant 4 700 logements éligibles, et la collectivité s’attelle à l’étendre à davantage de quartiers de la métropole. Car Elisabeth Le Faucheur, responsable du service « internet et expression multimédia » à la ville de Brest, coordinatrice du dispositif, en est convaincue : « Avec la dématérialisation des services publics, les ménages fragiles ne peuvent plus faire valoir leurs droits. La fracture numérique renforce les inégalités sociales. Il est essentiel de faciliter l’accès à internet. »

Grâce à ce programme, les locataires des logements sociaux brestois bénéficient d’un abonnement internet à faible coût ainsi que d’une assistance dans l’achat de leur matériel informatique et dans la découverte des outils numériques. L’idée de cette offre sociale trois-en-une est née alors que la collectivité planchait sur la résorption des « zones blanches », avec en bout de course, un constat : couvrir le territoire en haut débit ne suffit pas à résoudre la question de la fracture numérique. « Les allocataires des minima sociaux n’ont pas les moyens de payer un abonnement mensuel à 30 euros, ni d’investir dans un ordinateur », rappelle Elisabeth Le Faucheur.

CHIFFRES CLES

  • 4 700 logements sont éligibles, et aucun refus n’a été opposé, lorsque le dispositif a été présenté aux locataires des huit secteurs actuellement couverts.
  • Financement : l’accompagnement multimédia et les ordinateurs sont financés par Brest métropole à hauteur de 20 000 euros par an. La ville de Brest coordonne le projet.


POUR ALLER PLUS LOIN