Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Mal-logement

La Fondation Abbé-Pierre dénonce les paradoxes de la politique logement

Publié le 01/02/2019 • Par Nathalie Levray • dans : A la Une santé social, Dossier Santé Social

expulsion logement jeune
©Sabphoto - stock.adobe.com
Le 24e rapport sur l’état du mal-logement en France présenté par la Fondation Abbé-Pierre tire un premier bilan du plan quinquennal déclenché fin 2017 : si la philosophie est bonne, les objectifs sont trop modestes, le portage politique local insuffisant et le démarrage tardif. La fondation dénonce le paradoxe d’une politique publique qui veut accélérer le processus du logement d’abord des personnes sans domicile fixe tout en continuant de jeter à la rue les jeunes de la protection de l’enfance, les sortants de prison et les personnes en fin d’hospitalisation psychiatrique.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

La Fondation Abbé-Pierre (FAP) présente son 24e rapport sur l’état du mal-logement en France, ce 1er février 2019. Les chiffres continuent d’alarmer avec quatre millions de personnes souffrant de mal-logement ou d’absence de logement personnel et 12,1 millions de personnes « touchées à des degrés divers » par la crise du logement.

Le processus démarre lentement

La situation se dégrade continûment. Le nombre de personnes sans domicile a augmenté de 50 % entre 2001 et 2012 ; celui des personnes en hébergement contraint chez des tiers de 19 % entre 2002 et 2013. Et si les locataires règlent toujours leur loyer – les impayés sont stables –, 44 % de plus qu’en 2006 se privent de chauffage faute de pouvoir le payer.

En outre, le nombre d’expulsions locatives avec le concours de la force publique ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Les solutions pour organiser une ZFE

de Les webinaires de la Gazette des communes

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La Fondation Abbé-Pierre dénonce les paradoxes de la politique logement

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement