logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/511056/faut-il-une-loi-sur-les-bibliotheques-francoise-nyssen-va-devoir-se-prononcer/

[ABF 2017]
Faut-il une loi sur les bibliothèques ? Françoise Nyssen va devoir se prononcer
Hélène Girard | France | Publié le 19/06/2017 | Mis à jour le 21/06/2017

Faut-il une loi sur les bibliothèques ? Qu’y inscrire ? Les bibliothécaires n’en finissent pas de débattre sur la question, tandis que le ministère de la Culture n’a toujours pas arrêté ses intentions. Cependant, les prochains mois devraient être décisifs dans le sillage de l’arrivée de Françoise Nyssen Rue de Valois.

640 CONGRES ABF 2017 hgC’est l’archétype du serpent de mer : depuis les années 1970, l’idée de faire voter une loi consacrée aux bibliothèques refait surface, lors d’épisodes locaux malheureux, puis disparaît du débat public. Mais cette fois, le dossier arrive sur le bureau de la nouvelle ministre de la Culture, Françoise Nyssen. Si nul ne sait encore quelle sera sa décision, les éléments du débat se précisent, comme l’a montré le congrès 2017 de l’Association des bibliothécaires de France (ABF).

Dans les années 1980, c’est la gestion des collections dans les bibliothèques des villes gérées par le Front national qui a fait surgir le sujet : une loi, disait-on dans la profession, pourrait conforter les bibliothécaires face aux injonctions des élus pour privilégier tels ouvrages ou telles animations culturelles.

En 2016, c’est la décision du département Yvelines [2] de fondre les activités de sa bibliothèque départementale dans un pôle culturel transversal, avec dispersion des collections entre les petites communes intéressées, qui a relancé le débat. Une loi, qui aurait défini les obligations des collectivités en matière de lecture publique pourraient, avancent certains, dissuader une collectivité de prendre une telle initiative.

Mais le temps a passé entre la décennie 1980 et 2016. Les avis sont désormais  plus nuancés. Et  pour tenter de clarifier le débat, l’Association des bibliothécaires (ABF) a décidé de rouvrir [4]le dossier.