logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/510386/premiere-rencontre-de-francoise-nyssen-avec-les-bibliothecaires/

[CONGRÈS 2017 DE L'ABF]
Première rencontre de Françoise Nyssen avec les bibliothécaires
Hélène Girard | Actualité Culture | France | Publié le 16/06/2017 | Mis à jour le 19/06/2017

Devant les bibliothécaires réunis en congrès à Paris (15-17 juin 2017), la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a annoncé plusieurs initiatives pour porter la cause des bibliothèques dans l’espace public. Mais la nouvelle locataire de la Rue de Valois a fait valoir qu’il ne s’agissait pas d’inventer de nouveaux dispositifs mais d’amplifier l’existant.

380-francoise-nyssen-et-xavier-galaup-hg-UNERarement un ministre de la Culture se rendant au congrès de l’Association des bibliothécaires de France [1] (ABF) n’aura eu droit à un public aussi favorablement disposé à son égard. « Votre nomination au ministère de la Culture est un signe positif pour les bibliothèques », a déclaré le président de l’ABF, Xavier Galaup, en référence au métier d’éditrice de Françoise Nyssen. Avant d’égrener les principaux sujets de débat et de préoccupation des professionnels de la lecture publique : réductions budgétaires dans les bibliothèques dans le sillage de la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités, inégalité territoriale persistante dans le maillage en équipements, problématique de l’extension des horaires etc.).

Les bibliothèques ont  « plus que jamais a besoin d’un Etat stratège qui envoie des signaux forts », a-t-il affirmé.

Xavier Galaup, président de l'ABF, remet à Françoise Nyssen le sac du parfait congressiste ©hg CC0

Xavier Galaup, président de l’ABF, remet à Françoise Nyssen le sac du parfait congressiste ©hg CC0

En réponse à ces interpellations, Françoise Nyssen a tenté d’envoyer quelques « signaux ». D’abord en insistant sur la place qu’elle attribue aux bibliothèques dans le contexte social actuel de la France. « Notre pays est dans une urgence culturelle. Les bibliothèques doivent être le fer de lance de la reconquête culturelle car elles sont l’équipement le plus fréquenté », a déclaré l’ex-éditrice arlésienne. Et de citer une étude de son ministère, qui sera rendu publique le 16 juin et qui confirme une hausse de la fréquentation.

Pour ce qui est des moyens budgétaires dont elle disposera, la nouvelle locataire de la Rue de Valois a indiqué qu’elle venait d’envoyer un courrier au président de la République et au Premier ministre, pour leur faire part de ses besoins, en vue de la préparation du budget 2018.

Elle a promis de plaider pour le maintien du concours particulier de la dotation générale de décentralisation (DGD), le dispositif de soutien de l’Etat aux bibliothèques (« un instrument à préserver » a souligné Françoise Nyssen). Avant d’affirmer à l’adresse des élus : « les inégalités territoriales persistent malgré un réseau français très dense. L’équipement du pays n’est pas terminé. L’effort d’investissement des collectivités territoriales doit se poursuivre.»

Pour ce qui est de l’éducation artistique et culturelle (EAC) des enfants et des adultes, il s’agit pour Françoise Nyssen d’une « priorité ». Un intérêt partagé, a-t-elle affirmé avec son homologue de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer qu’elle a récemment rencontré à ce sujet : « C’est inscrit dans notre feuille de route. Les bibliothèques sont une ressource fondamentale dans ce domaine. »

Pour le reste la ministre a prévenu qu’elle n’annoncerait pas de nouveaux dispositifs, estimant ne pas devoir « réinventer la poudre, mais amplifier les multiples initiatives existantes. » Elle a détaillé un certain nombre d’initiatives. Certaines ont été prises à son arrivée, notamment :

Concernant le débat sur les horaires, la ministre n’a pas pris de position, renvoyant le soin de clarifier le débat à la «coconstruction» et à un «comité de pilotage pour voir quelle peut être l’adéquation entre les aides du ministère et les projets des collectivités».

Ce comité «sera présidé par moi-même», a-t-elle souligné pour marquer son engagement dans le dossier. La ministre rencontrera prochainement à ce sujet Sylvie Robert, sénatrice (PS) d’Ille-et-Vilaine Sylvie Robert, auteure d’un rapport sur « l’adaptation et l’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques publique ».

Par ailleurs, Françoise Nyssen a repris à son compte un projet de ses prédécesseurs : lancer une enquête du Service du livre et de la lecture (SLL, ministère de la Culture), conduite avec l’ABF sur la valeur sociale et économique des bibliothèques. La méthodologie devrait être définie d’ici à la fin 2017, l’enquête conduite au premier semestre 2018, en  vue d’une restitution au congrès 2018 de l’ABF.

Le débat sur les conclusions de cette enquête se fera concomitamment avec une campagne nationale de sensibilisation du grand  public au rôle des bibliothèques. Une opération souhaitée de longue date par l’ABF et dans l’air Rue de Valois depuis quelques années.