logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/510248/vers-la-fin-des-centrales-biomasses-surdimensionnees/

ENVIRONNEMENT
Vers la fin des centrales biomasses surdimensionnées ?
Sylvie Luneau | A la une | actus experts technique | Régions | Publié le 14/06/2017 | Mis à jour le 23/06/2017

L’autorisation d’exploiter la plus importante centrale biomasse de France a été annulée par le tribunal administratif. Ce projet était pourtant présenté par beaucoup comme le fleuron de la transition énergétique. Pourquoi ces projets gigantesques peuvent s’avérer contraire aux projets de territoires ? Quels enseignements en tirer pour l’avenir ?

Biomassehaufen_BiogasanlageTristement connue pour les déversements de boues rouges en Méditerranée, Gardanne (Bouches-du-Rhône) est aussi le siège de la plus importante centrale biomasse de France (150 MW). Mais le 7 juin dernier, l’autorisation d’exploitation du groupe 4 de cette centrale thermique a été annulée par le tribunal administratif de Marseille [1].

Le tribunal a estimé que son exploitant, le groupe allemand Uniper France Power (ex E-ON), n’avait pas suffisamment évalué son impact sur les forêts du Sud-Est du projet Provence 4 Biomasse. Il relevait que l’étude d’impact portait sur un périmètre insuffisant (3 km) et ne prenait pas en compte la pollution des camions, qui approvisionneront la centrale en bois sur plusieurs centaines de kilomètres.

Un projet qui divise les élus locaux

Il donne ainsi raison à la requête déposée par les parcs naturels régionaux du Lubéron et du Verdon, aux associations de défense de l’environnement, ainsi qu’à deux communautés de communes des Alpes de Haute-Provence, celle du Pays de Banon et celle du Pays de Forcalquier-Montagne de Lure.

A noter que le président de cette dernière n’est autre que Christophe Castaner, récemment nommé porte-parole du nouveau gouvernement d’Edouard Philippe et secrétaire d’État chargé des relations avec le Parlement.

POUR ALLER PLUS LOIN