Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Insertion

Le travail alternatif à la journée, un levier d’insertion pour les jeunes toxicos

Publié le 15/06/2017 • Par Pascal Weil • dans : France, Innovations et Territoires, Retour sur expérience prévention-sécurité

Chantier en ville
Phovoir
Le « travail alternatif payé à la journée » (Tapaj) se développe progressivement pour répondre à l’errance de jeunes âgés de 18 à 25 ans recourant à la mendicité pour vivre. Ce dispositif vise principalement des usagers de drogues ne fréquentant pas les structures de soins et de réduction des risques existantes, en vue d’une prise de conscience. Il s’appuie sur des travaux de chantier proposés par des municipalités et des entreprises.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Le travail alternatif payé à la journée permet à ceux qui mendient dans la rue de se relever et de reprendre en main le cours de leur vie », indique Guy Hengen, directeur adjoint du développement social urbain de la ville de Bordeaux (246 600 hab.), qui a instauré le Tapaj dans sa ville en 2012.

Ce dispositif propose à de jeunes toxicomanes âgés de 18 à 25 ans en errance et en grande précarité, à l’origine de nuisances dans l’espace public, d’exercer une activité professionnelle ne nécessitant pas de qualification. Des missions de nettoyage et de désherbage leur ont d’abord été confiées par les services municipaux, puis des entreprises ont été sollicitées. « La municipalité a montré l’exemple afin que les partenaires privés s’impliquent », explique Guy Hengen. « C’est une véritable plus-value pour ces jeunes qui ressentent la satisfaction du devoir accompli et la reconnaissance des riverains dont le regard a changé à leur égard », poursuit-il.

Après quatre ans de mise en œuvre, le procédé a fait ses preuves. En 2016, il a donné lieu à 45 % de sorties positives vers un emploi classique et à 55 % d’orientations vers le soin. L’action, née au Québec dans les années 2000, a été ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Prévention-Sécurité pendant 30 jours

J’en profite
Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
Prochain Webinaire

Télétravail : manager les agents publics à l'heure du confinement

de La Rédaction de La Gazette

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le travail alternatif à la journée, un levier d’insertion pour les jeunes toxicos

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement