Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Lutte contre le terrorisme

« L’installation de portiques devant les écoles n’a aucune utilité » (Ludovic Jeanne)

Publié le 09/06/2017 • Par Judith Chetrit • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité

Ludovic Jeanne, directeur de l'Institut du développement territorial de l’École de management de Normandie.
Ludovic Jeanne, directeur de l'Institut du développement territorial de l’École de management de Normandie. Ludovic Jeanne
Plusieurs présidents de région ont annoncé de lourds investissements pour financer des dispositifs de filtrage ou de vidéosurveillance dans les lycées. Pour Ludovic Jeanne, géographe et directeur de l'Institut du développement territorial (IDéT) de l’École de management de Normandie, de telles options sont inutiles et coûteuses. Il appelle à un enseignement plus poussé de la culture du risque.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Depuis plus de deux ans, la sécurité des lieux scolaires est une préoccupation régulièrement relancée tant par les ministères de l’Éducation nationale et de l’Intérieur que par les collectivités. Actualisation des Plans particuliers de mise en sûreté (PPMS), réalisation des exercices attentat-intrusion dans les établissements, rénovation des systèmes d’alerte ou financements de travaux d’aménagement : l’école s’est mise à l’heure du risque terroriste. La fusillade au lycée de Grasse le 16 mars dernier en a été un triste rappel.

Après la fusillade au lycée de Grasse, quel rôle pour les collectivités ?

Doit-on parler de l’école comme un lieu où l’on n’est pas suffisamment en sécurité?

Il est de bon ton de crier au loup, mais si on regarde les statistiques produites par l’Éducation nationale ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Prévention-Sécurité pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« L’installation de portiques devant les écoles n’a aucune utilité » (Ludovic Jeanne)

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement