logo
DOSSIER : Pauvreté : en finir avec la politique de l'autruche
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/508451/des-pauvres-de-plus-en-plus-pauvres-et-des-riches-de-plus-en-plus-riches/

EXCLUSION
Des pauvres de plus en plus pauvres, et des riches de plus en plus riches
Adeline Farge | Actu expert santé social | Dossiers d'actualité | France | Publié le 31/05/2017

Dans son rapport 2017, à paraître le 1er juin, l’Observatoire des inégalités dresse un bilan contrasté de l’état des inégalités sociales en France. Si des avancées en matière d’éducation et de santé sont relevées, les classes les plus modestes, première victime de la crise, ont continué à s’appauvrir ces dix dernières années.

Emploi, logement, éducation, modes de vie, santé, patrimoine… La deuxième édition du rapport de l’Observatoire des inégalités, présentée le mardi 30 mai 2017, brosse un tableau des inégalités sociales en France « qui ne pousse pas à l’optimisme ».

Premier constat qui donne le ton : les pauvres s’appauvrissent tandis que les classes moyennes stagnent et que les plus riches continuent de s’enrichir. En dix ans, l’écart entre le niveau de vie des 10% les plus aisés (plus de 3000 euros net mensuels après impôts et prestations sociales pour une personne seule) et les 10% plus modestes s’est creusé de 274 euros par mois, s’élevant ainsi à 4.025 euros.

Entre 2003 et 2014, les premiers ont gagné 272 euros de plus, quand, sur cette même période, les seconds ont perdu une trentaine d’euros chaque mois.

Cet appauvrissement des plus pauvres, qualifié de « retournement historique », a été amorti selon les auteurs par la protection offerte par notre modèle social. Le RSA socle (Revenu de solidarité active), par exemple, bénéficie à 1,8 millions d’allocataires fin 2016, soit une hausse de 39% depuis 2008.

950.000 personne pauvres de plus en dix ans

Corollaire de cette situation, le nombre de pauvres a explosé lui aussi, entre 2004 et 2014, avec 950.000 personnes supplémentaires. La France compte donc aujourd’hui 5 millions de pauvres, en fixant le seuil de pauvreté à 50 % du niveau de vie médian, soit moins de 848 euros par mois (prestations sociales incluses et impôts déduits).

Parmi les 10% des plus pauvres, 30,5% vivent dans un logement surpeuplé. Les jeunes, qui ont connu une progression de 3,3 points de leur taux de chômage, sont les premiers concernés, puisque 36% vivent sous le seuil de pauvreté. La crise de 2008 a également frappé durement les milieux ...

REFERENCES


POUR ALLER PLUS LOIN