Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Métiers

Réforme du statut de Paris : inquiétude chez les agents de surveillance

Publié le 30/05/2017 • Par Céline Groslambert • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité

2518443287_af20072a11_z
Flickr CC by ewin.11
Véritable révolution en interne, la réforme du statut de la capitale permet à la mairie de récupérer plusieurs pouvoirs de police détenus jusqu’ici par la Préfecture de police. Parmi les fonctionnaires concernés par ce transfert vers la Ville, les agents de surveillance de Paris (ASP) manifestent leur inquiétude quant au devenir de leur statut et de leurs missions.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Au 1er janvier 2018, les agents de surveillance de Paris (ASP), longtemps surnommés « les pervenches », ne seront plus sous l’autorité de la Préfecture de police, mais de celle de la mairie de Paris. Une réforme qui passe mal auprès de ces fonctionnaires territoriaux : le 10 mai dernier, à l’appel d’une intersyndicale (CGT, SGP FO, CFTC), ils étaient 300 à faire grève et à manifester Place de l’Hôtel de Ville.

En cause, leur incertitude sur la teneur exacte de leurs missions futures, et sur le maintien de leurs acquis sociaux : temps de travail, cycles horaires, congés, régime indemnitaire… Le communiqué de l’intersyndicale dénonçait notamment « l’absence de réponses concrètes de la part de la mairie » au sujet de leur transfert. Les ASP redoutent particulièrement de voir leur temps de travail (32,5 heures hebdomadaires, avantage accordé en raison de la pénibilité des missions sur la voie publique) passer aux 35 heures.

Secrétaire général de la CGT-PP (CGT-Préfecture de Police), David Gerbaudi déplore cette opacité : « On passe de réunion en réunion avec la mairie de Paris, mais chaque fois que nous posons des questions, nous n’obtenons aucune réponse. C’est de là que vient la grogne des ASP ». Même constat pour Brigitte Guidez, secrétaire générale d’Unité SGP-PP FO, qui regrette : « On a très peu d’informations. C’est par les médias qu’on a appris notre transfert. Et depuis début 2016, nous n’avons presque pas avancé sur ce dossier. Lors des comités de suivi avec ...

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Prévention-Sécurité pendant 30 jours

J’en profite

Régions

Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Réforme du statut de Paris : inquiétude chez les agents de surveillance

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement