Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Le mot du social

La mobilité

Publié le 16/01/2019 • Par Nathalie Levray • dans : Actu Santé Social

NATHALIE_LEVRAY
D.R.
C’est autour du mouvement (moveo, mettre en mouvement, pousser, déterminer) que s’inscrit la proxémie de la mobilité, à la fois capacité de déplacement et aptitude au changement d’état ou de statut.

En France, tant que les valeurs de permanence et de stabilité ont prédominé, l’individu mobile est maintenu à la marge, voire réprimé. Quand la norme s’inverse, la mobilité signifie adaptation à un marché du travail flexible et capacité à participer à la société.

Ce tournant, intégré à la théorie sociale, en sous-tend les pratiques : la pauvreté, le handicap, le genre, la nationalité, les ressources, le lieu de résidence sont sources d’inégalités de mobilité à corriger. Parallèlement, le droit à la mobilité, liberté fondamentale reconnue par la Déclaration universelle des droits de l’homme, est dénié aux migrants.

La mobilité « véhicule des représentations alternativement positives ou négatives, selon les valeurs que l’on attribue aux changements qu’elle induit et qu’elle traduit tout à la fois », écrit Caroline Gallez.

Selon Bertrand Vergely (1), une « position conservatrice » y voit une « dégradation » ou une « chute » en philosophie platonicienne, une « déstabilisation des hiérarchies sociales » au niveau politique, un « besoin maladif de changement » en psychologie.

À l’inverse, une vision « progressiste » retient la « nouveauté », la « création de richesses », et la « souplesse ». L’auteur propose d’« échapper à ce clivage » avec Gilles Deleuze et sa philosophie du devenir.

Sous le prisme deleuzien d’une triple nécessité « de l’être », « du mouvement » et « de composer des rapports », la mobilité se réaliserait dans une « aspiration à voir advenir un jour un espace politique déterritorialisé », fondé sur le libre agencement de la pensée, du désir et de la création. Elle serait « l’effort pour être la vie même ».

Notes

Note 01 « L’homme de la mobilité : autour de la pensée de Gilles Deleuze », Vergely Bertrand, in « Les annales de la recherche urbaine », n° 59-60, 1993. Retour au texte

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Moby, un programme CEE pour l'écomobilité scolaire

de ECO CO2

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La mobilité

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement