Batiment

La construction temporaire s’invite dans le débat sur le dédoublement des classes primaires

Flickr / Yves Jalabert

Les CP et CE1 des réseaux d'éducation prioritaire ne devront pas dépasser 12 élèves. En dehors du recrutement de 12 000 enseignants, cette réforme pose aussi la question des locaux. Les maires concernés attendent des précisions. Certains pourraient choisir la solution du préfabriqué.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

6 739 écoles maternelles et primaires sont actuellement rattachées à l’un des 1095 réseaux d’éducation prioritaire – chacune autour d’un collège tête de réseau. Environ les deux tiers (primaires et élémentaires) sont concernées par la réforme-phare du programme Education d’Emmanuel Macron qui limite à 12 le nombre d’élèves dans les classes de CP et CE1 des réseaux d’éducation prioritaire (REP) et réseaux d’éducation prioritaire renforcés (REP+). Au total près de 16 000 classes sont concernées (cf. encadré).

Et les locaux dans tout ça ? Certaines communes expriment leurs inquiétudes depuis plusieurs semaines. L’équipe de campagne du candidat Macron leur avait répondu qu’une enveloppe de 200 millions d’euros serait ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités, Club Éducation et vie scolaire

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Techni.Cités pendant 30 jours

J’en profite
Commentaires

1  |  réagir

24/05/2017 03h41 - ssrw38

Donc si nos petits ont plus de facilités pour apprendre (1 enseignant pour 12 élèves) ce sera au détriment du confort ! Pas sur qu’à la fin de l’année scolaire les grosses chaleurs arrivant ils tiennent le coup physiquement, ni les enseignants d’ailleurs.
C’est vrai qu’une école sans son préfa dans la cour ça ne fait pas assez français donc il fallait trouver un prétexte. Et puis positivons, cela relancera provisoirement le marche des préfas !

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • En Occitanie, les petites lignes (et les grandes) sont relancées

    L'Etat, la région Occitanie ainsi qu'une quinzaine de départements et d'agglomérations ont bouclé le financement de deux grands projets ferroviaires : la nouvelle ligne à grande vitesse entre Perpignan et Montpellier, ainsi qu'une quinzaine de lignes de desserte ...

  • Diminuer les polluants atmosphériques est économiquement rentable

    Les ZFE sont souvent perçues comme de l’écologie punitive. Des chercheurs grenoblois démontrent que des mesures ambitieuses d’amélioration de la qualité de l’air entraînent des bénéfices nets, non seulement pour la santé mais aussi économiquement. ...

  • David Valence : « Une question d’aménagement du territoire »

    Les régions reprennent peu à peu la main sur les petites lignes qui maillent leur territoire. C'est le cas de la région Grand Est, via la création d'une société publique locale. Entretien avec David Valence, vice-président aux transports, déplacements et ...

  • Les régions veulent nous faire préférer le train

    Ouverture à la concurrence, reprise de gestion de certaines lignes… Fortes de nouvelles réglementations, les régions reprennent peu à peu la main sur les petites lignes qui maillent leur territoire. Au-delà des coûts, il faut une approche fine des enjeux. ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP