Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Economie de la culture

Le secteur public en alerte face aux ambitions des opérateurs privés du spectacle vivant

Publié le 03/05/2017 • Par Hélène Girard • dans : Actualité Culture, France

Masks with theatre concept
Elnur - Fotolia.com
Quatre organisations professionnelles réunies au sein d’une nouvelle « Union syndicale des employeurs du secteur public du spectacle vivant » entendent rappeler aux élus le sens de la subvention publique. L’intérêt manifesté par les opérateurs privés pour la gestion des équipements territoriaux suscite leur inquiétude.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le Syndicat national des scènes publiques (SNSP), le Syndicat professionnel des producteurs, festivals, ensembles, diffuseurs indépendants de musique (Profedim), Les Forces musicales (1), le Syndeac , ont publié le 20 avril 2017 un texte collectif sur leurs « valeurs communes de démocratisation de la culture, de la liberté de la création et de la programmation, d’exigence artistique et d’équité territoriale garantie par un renforcement de la décentralisation culturelle. »

« Virulence » des opérateurs privés

Un plaidoyer qui pose la question de l’équilibre entre acteurs publics et acteurs privés. Equilibre que les quatre signataires estiment menacé par la « virulence » des opérateurs privés.

« Il ne s’agit pas de dénoncer la présence des acteurs privés, d’autant que nous accueillons aussi les tournées privées dans nos équipements, précise Michel Lefeivre, président du SNSP. Mais le problème vient du fait que des opérateurs privés s’intéressent à la gouvernance des équipements et des festivals. Ils se positionnent sur des délégations de service public (2). En programmant les artistes qu’ils produisent, ils cherchent à maîtriser l’ensemble de la chaîne, depuis la production jusqu’à la billetterie. »

Et de pointer une logique incompatible avec les missions revendiquées par les scènes publiques  : « comment, dans ce cas, assurer la diversité des esthétiques, aider les artistes émergents à se produire, faire découvrir au public des spectacles exigeants, contribuer à l’éducation ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : équipements, coûts et protection des agents de A à Z

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le secteur public en alerte face aux ambitions des opérateurs privés du spectacle vivant

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement