Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Conseil municipal

Questions orales des élus : la ville d’Epernay a trop limité leur nombre

Publié le 06/12/2010 • Par Frédéric Marais • dans : Actu juridique, Régions

Le tribunal administratif de Chalons-en Champagne a annulé le 25 novembre 2010 une délibération du conseil municipal de la ville d'Epernay, estimant qu’elle portait atteinte au droit d’expression.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Saisi par six élus de l’opposition, le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a annulé dans sa décision du 25 novembre 2010 la délibération prise le 21 septembre 2009 par le conseil municipal de la ville d’Epernay.
Les juges ont estimé que cette délibération, portant modification du règlement intérieur, était « de nature à porter une atteinte excessive au droit d’expression des élus ».

4 questions à raison d’une seule question pour chaque groupe

La nouvelle règle limitait en effet 4  le nombre de questions orales pouvant être posées par les élus, à raison d’une seule question pour chaque groupe constitué au sein du conseil municipal.
Une mesure prise par le maire dans le but d’alléger l’ordre du jour et de mettre un terme à ce qu’il estimait être un « usage abusif » de cette procédure, 9 questions orales ayant par exemple été posées par les conseillers d’opposition lors d’une précédente séance du conseil municipal.

L’article L2121-19 du CGCL a été méconnu

Le tribunal administratif a donc considéré que les dispositions de l’article L2121-19 du Code général des collectivités territoriales avaient été « méconnues ».
Cet article stipule que « dans les communes de 3.500 habitants et plus, le règlement intérieur fixe la fréquence ainsi que les règles de présentation et d’examen de ces questions (orales) ».
Mais ni cet article, ni en l’espèce la juridiction châlonnaise n’indiquent le nombre minimum autorisé de questions orales. La ville a toutefois décidé de ne pas interjeter appel et de modifier son règlement intérieur.

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Questions orales des élus : la ville d’Epernay a trop limité leur nombre

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement