logo
DOSSIER : Présidentielle 2017 : les enjeux-clés pour les collectivités territoriales
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/503338/le-pen-versus-macron-des-visions-parcellaires-des-politiques-culturelles/

PRÉSIDENTIELLE
Le Pen versus Macron : des visions parcellaires des politiques culturelles
Hélène Girard | France | Publié le 02/05/2017

Ni la candidate du Front national ni le candidat d’En Marche ! n’ont livré une vision d’ensemble en matière de politique culturelle. Emmanuel Macron met l’accent sur les bibliothèques, Marine Le Pen sur le patrimoine.

macron-lepen-diagonal

Pas plus que la campagne du premier tour, celle du second ne permet de se faire une idée précise des intentions des candidats en matière de culture. La question est évoquée par petites touches éparses qui, assemblées, ne constituent pas à proprement parler une politique et laissent dans l’obscurité des pans entiers de l’action de l’Etat et des collectivités.

Quant au processus de co-construction des politiques culturelles territoriales par l’Etat et les collectivités, il n’apparaît pas dans les programmes et les interventions des deux candidats. L’absence d’expérience locale des deux finalistes de la course à l’Elysée explique sans doute, au moins en partie, ce silence.

Macron : culture et cohésion du pays

Même si Emmanuel Macron affirme dans son programme que « le premier chantier sera celui de l’éducation et de la culture », car « c’est la condition de notre cohésion », sa vision des politiques culturelles reste succincte.

Avec cependant un engagement financier : « pas un euro » ne sera retiré au budget de la culture. Par ailleurs, le fondateur du mouvement En Marche! fait part de son intention de « réinventer la politique culturelle » qui devra « s’adapter à la réalité numérique », l’Etat devant « repenser ses missions et ses modes d’action ». Sans autre précision, hormis l’introduction d’une contrepartie à l’effort financier de l’Etat pour la culture : « toutes les politiques publiques en faveur de la culture seront évaluées. »

A la croisée de ses préoccupations culturelles et éducatives, les bibliothèques occupent une place de premier plan dans le programme de l’ancien ministre de l’Economie, qui aborde le sujet par la question des horaires :

Nous ouvrirons les bibliothèques en soirée et le weekend.

CC0 via Pixabay

CC0 via Pixabay

 

Après cette première affirmation, qui ignore complètement les communes pourtant en première ligne dans cette affaire, Emmanuel Macron a précisé sa pensé dans son programme :

Dans une logique de contractualisation avec les collectivités locales, l’État prendra à sa charge les dépenses supplémentaires liées à l’ouverture en soirée et le dimanche des bibliothèques municipales et poursuivra le plan de mobilisation en direction des bibliothèques universitaires.

Pour assurer l’élargissement des horaires d’ouverture des équipements de lecture publique, le candidat imagine des « ambassadeurs de la réforme », nommés par le ministre de la Culture, qui devront convaincre les élus locaux du bien fondé de cette évolution. Idée qu’il a avancée dans un courrier [2] à l’Association des bibliothécaires de France qui a sollicité les candidats du premier tour.

 

Par ailleurs, Emmanuel Macron évoque dans son programme un « pass » de 500 euros, que recevrait tout jeune à 18 ans pour ses dépenses culturelles (livres, places de cinéma, théâtre, concert etc.). Ce pass serait cofinancé par les distributeurs et les grandes plateformes numériques, qui bénéficieront du dispositif. Invité de France Culture le 27 janvier 2017, le leader d’En Marche! a indiqué que ces contenus culturels seraient accessibles sur une plateforme « gérée par le ministère ».

Autre objectif concernant la jeunesse : donner accès à l’éducation artistique et culturelle à 100% des enfants, grâce à des « appels à projets financés par l’Etat et les villes ».

Par ailleurs, Emmanuel Macron fait la part belle au spectacle vivant, dont il souhaite « favoriser la diffusion ». Il plaide pour la  multiplication des coproductions et  envisage d’« adapter le soutien au cinéma et à l’audiovisuel aux nouveaux formats. »

Le Pen :  culture et identité

Pour Marine Le Pen, politique culturelle rime avec patrimoine et identité. La candidate du Front national souhaite inscrire la promotion du patrimoine historique et culturel français dans la Constitution.

En cas d’élection, elle envisagerait également une loi de programmation du patrimoine « pour permettre un meilleur soutien à l’entretien et à la préservation du patrimoine. » Dans cette logique, le budget que l’Etat consacre au patrimoine serait augmenté de 25%. Et en matière linguistique, les dispositions prévues par la loi Toubon seraient renforcées (1) [6].

De même, à la croisée des politiques d’emploi, de formation et du patrimoine, la candidate du Front national veut valoriser les métiers d’art par « un grand plan national de création de filières (lycées, universités) ».

CC0 via Pixabay

CC0 via Pixabay

Marine Le Pen avance également l’idée de mettre en place d’un « réseau de pépinières d’artistes sur tout le territoire. »

En matière d’enseignements artistiques, Marine Le Pen entend promouvoir « une véritable éducation musicale généraliste dans les établissements scolaires. »

Les autres propositions des deux candidats finalistes

Les volets cultuels des programmes de Marine Le Pen et Emmanuel Macron comportent aussi une série de mesures plus ou moins isolées. Marine Le Pen voudrait :

  • développer le mécénat populaire par la création d’une plate-forme numérique dédiée ;
  • créer une carte professionnelle des intermittents du spectacle « afin de préserver ce régime tout en opérant un meilleur contrôle des structures qui en abusent » ;
  • stopper les « ventes à l’étranger et au privé de palais et bâtiments nationaux. »

Emmanuel Macron souhaiterait  :

  • conforter le soutien au mécénat et maintenir l’exonération des œuvres d’art de l’assiette de l’ISF ;
  • investir dans les industries créatives et culturelles françaises en créant un fonds d’investissement dédié de 200 millions d’euros ;
  • lancer un « Erasmus » des professionnels de la culture pour favoriser la circulation des artistes, des commissaires d’exposition et des conservateurs ;
  • adapter le statut d’intermittent du spectacle ;
  • revoir la formation initiale des artistes par l’interdisciplinarité, les troncs communs entre écoles d’art, la mobilité internationale.

Comment s’inscrire à la newsletter Culture-Documentation

Une fois inscrit à la newsletter Culture-Documentation, vous la recevrez tous les 15 jours dans votre boîte mail.

Avant toute chose, vous devez disposer d’un compte personnel sur le site de la Gazette.

1-Allez sur la page d’accueil, et en haut à droite, cliquez sur « connexion ».

CONNEXION NL Capture

Puis remplissez les différents champs de renseignement présentés.

Si vous avez déjà un compte, connectez-vous comme d’habitude.

2- Une fois le compte créé, retournez dans « mon compte ».

Choisissez « mes newsletters et alertes forum »

ABONNEMENT NL Capture

Puis choisissez dans le menu la « Newsletter Culture & Documentation » dans le menu proposé.

JEMABONNE Capture

Merci pour votre abonnement !

 

POUR ALLER PLUS LOIN